Retour

Des murales en l'honneur des Raptors dans plusieurs villes canadiennes

Dans le cadre d'une campagne promotionnelle, des graffiteurs de plusieurs grandes villes canadiennes ont réalisé des peintures murales en l'honneur des Raptors. L'objectif : montrer que l'équipe de basket torontoise à des soutiens d'un bout à l'autre au pays du hockey.

Un texte d'André Dalencour avec la collaboration de Kim Vallière

Les Raptors, qui ont signé la meilleure fiche de leur histoire en saison régulière (56-26), affrontent ce samedi les Pacers de l'Indiana pour leur début dans les séries.

Afin de susciter un élan de soutien derrière la seule équipe canadienne en NBA, des graffiteurs se sont vus confier la tâche de réaliser des murales à Halifax, Montréal, Toronto, Ottawa et Calgary.

Le design proposé diffère d'une œuvre à l'autre, mais reprend presque à chaque fois le slogan des Raptors « Le Nord, c'est nous », « We the north » en anglais, ainsi que les couleurs de l'équipe.

Depuis son lancement, cette campagne reçoit un accueil très favorable sur les médias sociaux.

Différentes villes, différents styles

La murale de Calgary a été réalisée par le graffiteur Justin Zak et met l'accent sur le nom de l'équipe.

Celle de Montréal, dont le texte est écrit en français, est le résultat d'une collaboration entre Cassandra Dickie, Marc Sirus et axelalime.

Plusieurs murales ont vu le jour à Toronto, notamment celle-ci, devant le Centre Air Canada qui est l'œuvre de l'artiste Alex Chung.

À Halifax, Michael Burt et Joey Cook ont donné du mordant à leur design avec une chaussure dont le bout représente une mâchoire de dinosaure.

La parole à un artiste

La murale d'Ottawa a été conçue par un collectif de graffiteurs et peinte par Phil Laporte, 29 ans.

Cet artiste autodidacte est un Ottavien pur jus, qui vit dans le Glebe. C'est d'ailleurs au coin de la rue Bank et de l'avenue Third, qu'il a réalisé son hommage aux Raptors.

Il rappelle que c'est un secteur qui veut devenir un lieu de rendez-vous pour les amateurs de sport.

Radio-Canada : Combien de temps cela vous a pris pour réaliser cette murale?

Phil Laporte : Ça a pris approximativement deux journées complètes. J'ai commencé mercredi soir avec un rétroprojecteur pour placer le design comme il fallait. Puis je suis revenu le lendemain pour tout remplir.

Radio-Canada : Êtes-vous un amateur de basket?

P.L. : Je regarde le basket de temps en temps. Les séries en particulier m'intéressent. C'est très excitant à regarder. J'ai été vraiment enchanté de pouvoir faire cela pour les Raptors. C'est un sentiment très agréable d'utiliser un mur pour laisser parler sa créativité.

Radio-Canada : Quels commentaires avez-vous reçus?

P.L. : Les gens du quartier aiment ça, c'est sûr. Ils sont contents de voir le résultat final sur le mur. Les amateurs de sport en particuliers, qui sont de vrais mordus, sont très excités. Sur Internet, ils demandent tous où la murale se trouve pour se prendre en photo avec.

Radio-Canada : C'est peut-être notre perception, mais le slogan « Le Nord, c'est nous », le Glebe et les Raptors, ça ne va pas forcément ensemble...

P.L. : Mes amis me demandent « où tu as peint cette murale à Toronto? ». Les gens sont un peu surpris quand je leur réponds que c'est à Ottawa, qui plus est dans le Glebe. Mais je sais qu'ils font beaucoup d'efforts pour valoriser ce secteur, afin d'encourager le projet au parc Lansdowne. Cela va amener plus d'amateurs de sport dans cette partie du quartier.

Avec la collaboration de Kim Vallière

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine