Retour

Des musulmans d'Ottawa et de Gatineau dénoncent les propos du maire Labeaume sur la radicalisation

Des associations musulmanes d'Ottawa et de Gatineau déplorent que les musulmans soient associés à tort aux mouvements terroristes après les attentats de Bruxelles et de Lahore. Ils dénoncent aussi les commentaires du maire de Québec, Régis Labeaume, qui associe certaines mosquées au phénomène de radicalisation.

Le maire de Québec estime qu'il est temps de « regarder très sérieusement » la possibilité de « pratiques de radicalisation » dans certaines mosquées du Québec et, si cela se confirme, d'agir. Régis Labeaume réagissait mercredi matin aux attentats à Bruxelles, qu'il qualifie de dramatiques et d'épouvantables.

À la mosquée d'Aylmer, les associations musulmanes veulent se dissocier des actes terroristes qui ont secoué la Belgique et le Pakistan. Le Centre islamique de l'Outaouais qualifie ces attaques d'« odieuses ».

Bien des musulmans ne digèrent cependant pas que le maire de Québec ait lié certaines mosquées à la radicalisation. « S'il y a un problème de radicalisation, il faut spécifier quelle mosquée, sinon, n'importe quel citoyen ou citoyenne lorsqu'il passe à côté d'une mosquée, il va stigmatiser et cibler cette mosquée », précise l'imam de la mosquée d'Aylmer, Mohammed Lahlou.

Le discours du maire de Québec stigmatise la communauté musulmane, selon le porte-parole de Présence musulmane, Abdourahman Kahin. « Ce genre de commentaire divise la communauté citoyenne canadienne. »

Au Conseil national des musulmans canadiens, les propos du maire Labeaume sont très mal perçus. En plus de jeter de l'huile sur le feu, ils sont « irresponsables », soutient le directeur général, Ihsaan Gardee, qui souligne que les élus ne devraient pas propager un message de peur, mais plutôt montrer l'exemple.

D'après les informations de Catherine Lanthier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine