Retour

Des organismes d'hébergement jeunesse de l'Outaouais craignent la fermeture

Les ressources d'hébergement jeunesse de l'Outaouais craignent pour leur survie et dénoncent la volonté du Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) de l'Outaouais de procéder à une réorganisation de l'hébergement jeunesse sur son territoire.

Lors d’une conférence de presse mardi matin, l’organisme l’Avenue des Jeunes, qui vient en aide aux jeunes de 13 à 17 ans qui ont besoin d’une solution temporaire d’hébergement en raison de problèmes personnels ou familiaux, a dénoncé la décision du CISSS de l’Outaouais de fermer trois organismes voués aux adolescents.

Outre l’Avenue des Jeunes, les organismes menacés de fermeture sont Ados Jeunes, qui offre lui aussi des services aux adolescents de 13 à 17 ans et le Belvédère, qui vient lui en aide aux jeunes de 16 à 24 ans. Chacun de ces organismes offre des services d’hébergement allant de 0 à 60 jours.

Le CISSS souhaite remplacer ceux-ci par un seul organisme, qui serait formé au cours des prochains mois. Or, ce modèle n’est pas jugé à l’avantage des jeunes, puisqu’il réserve des lits en fonction de l’âge des patients. « Ils veulent par exemple 12 lits pour les 11-14 ans. Si un jeune de 14 ans arrive, on ne peut pas le prendre », dénonce Martin Chartrand, qui est président du conseil d’administration de l’Avenue des Jeunes.

Selon les dirigeants de l’Avenue des Jeunes, une telle décision entraînerait une diminution du nombre de lits de 37 % et une compression budgétaire de 64 000 $ pour l’ensemble de l’Outaouais. Le nombre de lits passerait donc de 30 à 19.

Cette décision fait craindre le pire à M. Chartrand.

M. Chartrand explique que son organisme travaille également à la réintégration des jeunes au sein de leur famille. Chose qui, selon lui, ne serait plus possible selon le modèle proposé par le CISSS.

D’après lui, l’ensemble du milieu communautaire pourrait faire les frais de la réorganisation proposée par le CISSS. « Nos craintes, c’est que ce soit un début en Outaouais. On commence par la jeunesse, mais après, c’est le communautaire qui pourrait y passer », dit-il.

Des scénarios rejetés

En conférence de presse, M. Chartrand et la directrice générale de l’Avenue des Jeunes, Lucie Villeneuve, ont rappelé avoir proposé deux scénarios au CISSS, à la demande de ce dernier, afin de mener à la réorganisation des services d’hébergement jeunesse.

Or, selon les deux intervenants, la direction du CISSS a rejeté leurs propositions, préférant imposer son propre scénario.

La direction de l’organisme jeunesse a à son tour refusé la proposition du CISSS. Elle demande donc à ce dernier un réinvestissement qu’elle qualifie d’urgent.

Or, le CISSS de l'Outaouais rétorque qu'une réorganisation des services d'hébergement pour jeunes est nécessaire puisque certains acteurs du milieu sont mal déservis.

L'adjoint du directeur général du CISSS de l'Outaouais, Benoît Gauthier dit être toujours en négociation avec les trois organismes voués aux adolescents afin d'en arriver à une entente. Aucun sénario n'est coulé dans le béton selon ce dernier.

« Je suis extrêmement surpris de la sortie aujourd'hui, parce qu'il n'y a aucune décision qui a été prise dans ce dossier là. C'est un dossier qu'on travaille conjointement avec les groupes communautaires depuis septembre dernier et on a toujours souhaiter en arriver à une entente qui puisse faire l'affaire de l'ensemble des parties », affirme M. Gauthier.

Avec les informations de Claudine Richard

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine