Retour

Des pancartes électorales d’Action Gatineau font déjà leur apparition

Le parti Action Gatineau a lancé, vendredi soir, sa campagne d'affichage en vue de l'élection municipale du 5 novembre prochain, ce qui a déplu à certains candidats à la mairie.

Une centaine de pancartes de l’équipe du maire Maxime Pedneaud-Jobin ont été installées dans tous les districts de la ville. Elles sont bien visibles sur de grandes artères de la municipalité.

Comme la période électorale ne commence officiellement que le 22 septembre prochain, certains candidats à la mairie dénoncent cet affichage.

Selon la loi électorale, les candidats ont le droit d’installer leurs pancartes, avant le début de la période électorale. Or, les frais engendrés ne pourront pas être comptabilisés dans les dépenses électorales des candidats concernés et donc ne pourront pas être remboursés.

La conseillère municipale du district de Bellevue, Sylvie Goneau, déplore un système à deux vitesses entre les candidats du parti du maire et les candidats indépendants.

« Ça revient à dire qu’un parti politique a plus d’argent dans ses coffres [...] et c’est utilisé pour faire de la promotion, ce que les élus indépendants ont beaucoup plus de difficulté à faire », a affirmé Mme Goneau.

Denis Tassé, qui est aussi candidat à la mairie, s’est dit très surpris de voir les pancartes électorales être affichées.

« La campagne électorale, c’est à partir du 22 septembre et c’est à partir de cette date-là que nous pouvons afficher. Je suis très surpris qu’un maire qui est supposé donner l’exemple affiche avant le temps prévu selon les règles », a-t-il dit.

Selon Mme Goneau, des candidats se seraient adressés à la greffière de la Ville, qui tient aussi le rôle de présidente des élections, pour savoir s’ils pourraient apposer leurs affiches avant le déclenchement officiel des élections. Selon elle, la greffière aurait permis l’affichage une semaine avant le 22 septembre, soit le 15 septembre.

Elle estime que tous les candidats auraient dû avoir la chance de partir en même temps de la ligne de départ en vue de la campagne électorale.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, qui sollicite un deuxième mandat, assure avoir agi en respectant la loi électorale.

« Le vote, c’est dans moins de deux mois. Pour moi, on est à temps. Il y a des gens qui ont commencé le porte-à-porte en avril. Ma priorité, c’est de faire montrer le taux de participation et de faire connaître les candidats », a-t-il dit.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine