Retour

Des parents craignent une fermeture définitive de la garderie Beausoleil d'Ottawa

Une vingtaine de parents ont assisté, hier soir, à une rencontre visant à éviter la fermeture de la garderie Beausoleil, dans le quartier Vanier d'Ottawa. La Ville doit en effet fermer l'établissement du 31 août 2015 à l'automne 2016, en raison de travaux.

Selon SOS Beausoleil, environ 13 enfants sur une quarantaine n'ont pas été replacés dans une autre garderie. Le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, parlait plutôt de quatre enfants.

« J'ai beau chercher dans toutes les places des garderies francophones, il n'y en a pas », se désole un parent, Eugène Likunde. « À chaque fois, on me dit : "Il y a une place là". Quand j'appelle, [...] il faut mettre l'enfant sur une liste d'attente. »

Certains parents, qui ont trouvé des places, sont pour leur part insatisfaits. Leur enfant n'ira pas dans une garderie francophone, mais plutôt dans un environnement bilingue ou anglophone.

La garderie Beausoleil est en effet une des deux garderies francophones municipales à Ottawa.

Les employés sont également touchés par la situation.

« Les éducatrices, c'est comme les mères de ces enfants-là », souligne le porte-parole syndical des 13 employés, Jean-Marc Bezaire. « Pour elles, c'est avant tout la perte d'une partie de leur famille. »

Moyens de pression éventuels

Les parents et SOS Beausoleil craignent que la fermeture temporaire de la garderie devienne définitive. Ils avancent que la Ville pourrait se retirer des programmes municipaux de garderie.

Les représentants ont discuté de la situation avec le maire Jim Watson, le conseiller Fleury et la députée Madeleine Meilleur, qui renvoie le dossier à la Ville.

Par écrit, SOS Beausoleil demande au conseiller Fleury une rencontre avec la présidente du Comité des services de protection et communautaire, la conseillère Diane Deans, « dans les meilleurs délais ».

Les parents sont disent prêts à lancer des moyens de pression, en faisant par exemple appel à des associations et aux médias, en se faisant voir et entendre avec des pancartes, voire en dérangeant les activités du conseiller Fleury.

D'après les informations de la journaliste Andréanne Apablaza

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine