Retour

Des parents d'Aylmer craignent les conséquences de l'ouverture d'une nouvelle école au parc Clétrem

Des parents du secteur d'Aylmer, à Gatineau, s'inquiètent de la modification prévue des zones desservies par certaines des écoles de la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO). Les changements, qui coïncident avec l'ouverture d'une nouvelle école au parc Clétrem, pourraient entrer en vigueur dès l'an prochain.

Les nouvelles mesures toucheront les écoles du Vieux-Verger, des Trois-Portages, des Tournesols, Euclide-Lanthier et internationale du Village. La CSPO souligne que trois classes spécialisées pour les élèves handicapés ou en difficulté du secteur ouest sont aussi visées.

En raison de cette révision des limites géographiques des « bassins d'effectifs », certains élèves auront à changer d'établissement.

« Avoir à expliquer [ça] à un enfant de huit ans, neuf ans, ce n'est pas facile du tout », a souligné un père rencontré par ICI Ottawa-Gatineau, lors d'une soirée de consultation tenue, mardi soir, à l'École secondaire Grande-Rivière.

Le directeur général de la CSPO, Jean-Claude Bouchard, a profité de l'occasion pour tenter de rassurer les parents présents. Ils étaient plus d'une centaine.

« Historiquement, il n'y a jamais eu de décision du conseil des commissaires qui a été prise sans prise en compte, justement, des commentaires des parents », a dit M. Bouchard. « Mais, on finit par avoir des heureux [et] des malheureux, parce qu'on doit prendre une décision ».

Des craintes liées à la sécurité

Dans un document de travail, la CSPO indique qu'elle veut, entre autres, s'assurer que « davantage d'élèves puissent fréquenter leur école de quartier ».

Elle veut aussi encourager plus d'élèves à se rendre à l'école à pied, ce qui n'est pas sans susciter certaines questions.

« C'est bien, on s'en va vers les marcheurs », a souligné un père. « Mais qui dit marcheurs, dit rues, dit des endroits où les automobilistes ne sont pas habitués de voir des enfants. »

Par ailleurs, si certains parents étaient visiblement inquiets, d'autres nous ont confié être satisfaits des changements proposés par les responsables scolaires.

Le conseil des commissaires de la CSPO devrait voter sur la question le 12 octobre.

Avec les informations de la journaliste Florence Ngué-No

Plus d'articles

Commentaires