Retour

Des parents de l'Outaouais veulent changer le système d'éducation au Québec

Stéphane Vigneault, Marie-Christine Morin et Corry Gernon s'attaquent à un travail colossal. Ces parents de l'Outaouais ont lancé une pétition en ligne et le mouvement « L'école ensemble » pour changer le système d'éducation au Québec.

Selon eux, la ségrégation scolaire expliquerait la mauvaise posture du Québec dans le milieu de l'éducation. Ils veulent proposer une nouvelle école.

Avec l'aide de Marie-Christine Morin et Corry Gernon, Stéphane Vigneault, instigateur de la pétition « Faisons école ensemble », espère convaincre les différents partis politiques au Québec de repenser le système d'éducation public actuel.

« Le mouvement dans une première phase a comme mission un peu de "dépatatechaudiser" ce sujet-là, de la prendre, de la mettre dans l'eau glacée et de dire : "Okay, c'est une patate, on peut en parler" », a expliqué Stéphane Vigneault.

Le mouvement souhaite que le financement de l'école privée par des fonds publics et la sélection des élèves du secteur public vers des classes spécialisées cessent. En revanche, il veut que soit maintenu le service d'aide aux élèves en difficulté.

Mère de deux jeunes filles qui ne vont plus à l'école du quartier Val-Tétreault, Corry Gernon a retiré ses enfants de l'école du quartier.

« À cause des départs massifs et après avoir visité une école très dynamique de la commission scolaire anglophone, on a décidé de retirer nos enfants de l'école du quartier », a expliqué Mme Gernon. « Je suis certaine que si tout le monde était resté à l'école du quartier, on aurait eu une éducation de qualité pour tous ».

Les commissions scolaires de l'Outaouais proposent de plus en plus d'options aux parents d'élèves doués, comme la nouvelle École internationale du Village, dans le secteur d'Aylmer.

Pour sa part, Marie-Christine Morin a choisi d'envoyer ses enfants dans un programme spécial.

« Je crois qu'il faut réfléchir ensemble à l'école, au système d'éducation qu'on veut donner à nos enfants », a-t-elle avancé. « Un système inclusif rassembleur qui soutient vraiment une école de quartier qui nous ressemble ».

Tout comme Mme Gernon, elle aurait préféré que ses enfants restent dans l'école de son quartier.

« On a fait un choix personnel et pas un choix de société », a-t-elle regretté. « J'aurais aimé que cette question-là ne se pose même pas ».

Le syndicat des enseignants de l'Outaouais salue cette mobilisation citoyenne.

Le mouvement « L'école ensemble » fera une autre annonce à Montréal, dimanche.

Avec les informations de Laurie Trudel

Plus d'articles

Commentaires