Retour

Des parents inquiets d'un problème possible de moisissures dans une école de La Pêche

Des parents inquiets des conséquences d'un problème d'infiltration d'eau dans un immeuble de l'École au Coeur-des-Collines, à La Pêche, ont été invités à une rencontre d'information jeudi soir.

Lors des fortes pluies des 29 et 30 octobre derniers, en Outaouais, de l'eau s'est infiltrée dans le sous-sol de l'école.

Des dizaines d'enfants répartis dans deux classes, une préscolaire et l'autre de maternelle, s'y trouvaient à ce moment.

Selon la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO), l'école a ensuite transféré les enfants au rez-de-chaussée avant d'annuler les classes pour ces deux groupes toute la semaine, le temps de procéder à des travaux de nettoyage et d'assèchement des lieux.

Plusieurs parents inquiets

Des parents soutiennent à présent qu'il y aurait un problème de moisissures dans l'école. Une maman, Myriam Boileau, a écrit le 2 novembre à la CSPO une lettre dans laquelle elle déplore que les enseignants aient dû poursuivre les classes dans les locaux du sous-sol, tout en épongeant le plancher régulièrement pour y enlever l'eau.

Plusieurs parents se sont plaints à la CSPO, qui a organisé une rencontre d'information avec des représentants de Santé publique Outaouais jeudi soir, afin de répondre aux inquiétudes et de faire le point sur les travaux en cours.

« On a été très patients, très tolérants et compréhensifs, mais il faut qu'on soit entendus », a affirmé une mère de famille, Tania Beausoleil, alors qu'elle se rendait à la rencontre d'information.

« La sécurité des élèves et de notre personnel est une priorité et nous déployons tous les efforts possibles pour remédier à la situation exceptionnelle causée par les fortes pluies des derniers jours », a indiqué le directeur général de la CSPO, Jean-Claude Bouchard, dans une lettre à Mme Boileau.

Des écoles désuètes

Le commissaire scolaire qui représente la région de La Pêche à la CSPO, Réjean Desjardins, soutient que ce n'est pas la première fois qu'il y a des problèmes d'eau dans l'école Sainte-Cécile.

« Il y a deux ans, il y a eu des travaux effectués, justement les mêmes travaux, aux mêmes endroits, qui ont été effectués à cause des infiltrations d'eau », a précisé M. Desjardins.

Le commissaire ajoute que les parents ont raison de s'inquiéter et que des tests sont effectués pour déterminer s'il y a un problème de moisissures dans le bâtiment.

La CSPO tente depuis trois ans de convaincre le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur (MEES) d'améliorer les infrastructures scolaires à Ste-Cécile-de-Masham.

Les enfants du niveau primaire doivent fréquenter deux bâtiments, situés tout près l'un de l'autre, puisqu'aucun n'est assez grand pour les accueillir tous. Les établissements ont été construits il y a 60 ans. Ils n'ont aucun gymnase à proprement parler. Des locaux sont convertis pour les cours d'éducation physique.

Dans le bâtiment Sainte-Cécile, les enfants de la maternelle et du préscolaire sont installés dans des locaux au sous-sol, qui servaient autrefois d'entrepôt. La ventilation dans ces locaux n'est pas aux normes du ministère, selon M. Desjardins, qui précise que l'occupation du sous-sol, qui se voulait temporaire, dure depuis trois ans.

Des demandes au MEES pour une nouvelle école ont été rejetées, tout comme celles pour l'agrandissement d'une des écoles ou pour la construction d'une annexe qui servirait de gymnase, même si la Ville de La Pêche est prête à participer financièrement à la hauteur de 600 000 $ et à céder gratuitement un terrain à la CSPO.

M. Desjardins s'est attiré les foudres de la CSPO en septembre en dénonçant publiquement ces refus du MEES.

Le commissaire Desjardins, qui vient d'être élu conseiller municipal à La Pêche, espère que les nouveaux problèmes d'infiltration d'eau au bâtiment Sainte-Cécile de l'école au Coeur-des-Collines vont provoquer une réflexion chez la députée de la région et ministre de la Justice, Stéphanie Vallée.

« Ce qu'on demande, dans le fond, c'est "écoutez-nous là, rencontrez-nous" », a plaidé M. Desjardins. « On ne veut pas de la confrontation, on veut simplement travailler ensemble pour arriver à avoir ce qu'on demande. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine