Retour

Des passeports canadiens produits à partir d'un système vulnérable à la fraude

Au moins 1500 passeports canadiens ont été fabriqués à partir d'un nouveau système vulnérable à la fraude. C'est ce que révèlent des rapports internes obtenus par Radio-Canada.

Un texte de Brigitte Bureau

Alors que le gouvernement Harper met les Canadiens en garde contre la menace terroriste et resserre les contrôles aux frontières, le passeport canadien joue un rôle-clé pour déterminer qui peut entrer au pays ou en sortir.

Des documents internes que nous avons consultés font état de nombreuses failles dans le nouveau système de production de passeports, lancé en mai dernier. Selon ces informations, ce dernier est vulnérable aux erreurs et à la fraude.

Au moins 1500 passeports canadiens ont ainsi été fabriqués à partir du nouveau système informatique. Depuis mai dernier, les employés d'Immigration Canada ont signalé plus de 500 problèmes survenus lors de la production.

Risques à la sécurité

Des rapports internes préviennent que ces problèmes mettent en péril la sécurité du passeport canadien.

Par exemple, durant plusieurs semaines, il était possible pour des employés d'Immigration Canada de changer la photographie d'un passeport après que ce dernier eut été approuvé.

Aussi, des renseignements essentiels n'apparaissaient pas toujours dans la base de données. Par exemple :

  • le nom des personnes qui ont souvent déclaré leur passeport perdu ou volé
  • les preuves de citoyenneté jugées douteuses
  • le nom des répondants (témoins) soupçonnés d'être des fraudeurs

Selon un ancien agent du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), Dave Charland, il s'agit d'une atteinte importante à la sécurité des Canadiens.

« Ça ouvre la porte toute grande à des organisations criminelles pour recruter, en fait, des employés de Passeport Canada pour modifier les informations sur certains passeports », avance-t-il. « Ainsi, on peut penser que certains groupes radicaux, par exemple, pourraient profiter de ces réseaux-là criminels pour la confection de faux papiers. »

Problèmes pour les voyageurs canadiens

Les rapports internes que nous avons consultés démontrent aussi que les données au dossier d'une personne à Immigration Canada étaient parfois différentes de celles qui figurent sur son passeport.

Ces anomalies pourraient s'avérer problématiques pour les voyageurs canadiens, soutient l'ex-agent du SCRS, Dave Charland.

« On peut s'imaginer une personne qui voudrait partir en voyage aux États-Unis et qui arriverait au poste frontalier. Cette personne-là doit montrer son passeport aux autorités et ces autorités-là vont vérifier que les informations présentes au passeport correspondent aux informations, qui sont indiquées dans la base de données de Passeport Canada », illustre-t-il.

« Alors si cette information-là ne correspond pas », poursuit-il, « vous pouvez être certain que la personne ne sera pas autorisée à entrer aux États-Unis. Elle va être rencontrée, questionnée longuement par les agents frontaliers. Alors, on peut s'imaginer que ça causerait des problèmes et un stress important à un Canadien ou une Canadienne qui n'aurait absolument rien à se reprocher. »

Pressions importantes

Selon des documents internes, les employés d'Immigration Canada ont subi d'importantes pressions pour lancer la production de passeports à partir de ce système, même si la majorité des tests pour en vérifier le bon fonctionnement n'avaient pas été complétés.

Immigration Canada utilise déjà ce système pour d'autres programmes, mais c'est la première fois qu'il l'adapte à la production des passeports.

De son côté, le ministre de l'Immigration, Chris Alexander, a décliné notre demande d'entrevue.

Dans un courriel, le ministère reconnaît que certains problèmes ont été cernés, mais nie que la sécurité des passeports ait été compromise. Le ministère soutient que chaque dossier a fait l'objet d'un examen de l'assurance de la qualité. Il poursuit la mise en oeuvre du nouveau système de production de passeports de façon graduelle.

Plus d'articles

Commentaires