Retour

Des patients de l'hôpital de Hull admis dans une chambre délabrée

Wayne Istead a publié la photo sur son compte Facebook, à la suite de l'hospitalisation de sa mère.

Sur l'image, on peut voir la salle d'eau de la chambre en piteux état. La peinture des murs est écaillée tout autour du miroir qui se trouve au-dessus de l'évier.

Certains des auteurs des près de 175 commentaires sous la photo croient que l'endroit a subi un dégât d'eau. Ils se demandent pourquoi la direction de l'hôpital n'a pas condamné la chambre, le temps d'effectuer les réparations nécessaires.

« [C'est] clairement un dégât d'eau », écrit John Hoag, un Internaute. « Je comprends mal, par contre, pourquoi la chambre n'est pas mise hors service. »

Le CISSS de l'Outaouais réagit rapidement

L'adjoint du directeur général du CISSS de l'Outaouais, Benoît Gauthier, n'a pas mâché ses mots, après avoir été informé de la situation.

« Pour nous, c’est une situation qui est inacceptable et dès qu’on est mis au fait d’une situation comme celle-là, comme administration au CISSS, on s’assure de faire les correctifs », a-t-il expliqué au micro de Marie-Lou St-Onge, à l’émission Sur le vif.

Selon lui, des travaux de décapage, de plâtrage et de peinture sont en cours dans la chambre. Des vérifications ont aussi été effectuées afin de s’assurer que le reste des équipements est à niveau.

Il est évident qu’on aurait aimé être mis au courant plus tôt et on aurait pu apporter les correctifs.

Benoît Gauthier, directeur général du CISSS de l'Outaouais

À la question de savoir pourquoi l’état de délabrement de cette chambre n’avait pas été signalé auparavant, M. Gauthier a admis qu’une analyse des processus de divulgation de ce genre de situation s’imposait et qu’un audit des chambres aura lieu.

Il évoque aussi un enjeu de gestion des lits, pour expliquer comment cette pièce n’a pu être rénovée plus tôt.

« Ce qu’on sait pour le moment, c’est qu’il y avait des soins prodigués dans cette chambre-là. Donc il n’est pas possible, comme une autre organisation, de procéder à des travaux de réfection en même temps qu’on maintient des soins », a-t-il précisé.

Par ailleurs, il soutient qu’aucun indicateur ne permet de penser que la qualité des soins a pu être compromise.

Une ligne de signalement dès décembre

Le CISSS de l'Outaouais prépare un projet pilote pour permettre aux usagers de l'hôpital de Hull de signaler les anomalies liées aux infrastructures, à l’hygiène, à la salubrité ou à l’alimentation.

« La direction des services techniques prévoit de lancer sous peu un projet […] pour l’Hôpital de Hull, qui va faire en sorte que les usagers pourront, par une ligne téléphonique directe, signaler toute anomalie au niveau de l’environnement », précise Benoît Gauthier.

Cette ligne spéciale sera en activité dès le 1er décembre prochain.

M. Gauthier a tenu à souligner que l’Hôpital de Hull est le plus ancien établissement géré par le CISSS de l’Outaouais et qu’il connaît des problèmes de vétusté récurent. Il rappelle que des investissements ont été réalisés, tels que le remplacement des génératrices ou l’ajout d’appareil de climatisation.

Selon lui, il s’agit donc d’un cas particulier, mais si d’autres établissements nécessitent des rénovations urgentes, ces dernières seront effectuées dans les prochaines semaines.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?