Retour

Des policiers de Gatineau se retrouvent nez à nez avec un canon scié

Des agents du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) ont vécu toute une mésaventure, dans la nuit de vendredi à samedi, après avoir été frappés et menacés par des individus en état d'ébriété.

Tout a commencé vendredi soir, quand un homme manifestement sous l'emprise de l'alcool a commencé à faire semblant de se jeter devant des voitures qui circulaient dans le secteur du Plateau, non loin du boulevard de l'Amérique-Française et de la rue Dublin.

L'individu, qui lançait aussi des bouteilles de bière, a pris la fuite quand les autorités sont arrivées et il a trouvé refuge dans un logement.

Les policiers l'ont alors suivi et lorsqu'ils ont ouvert la porte de la résidence, ils sont tombés sur trois personnes qui avaient consommé de l'alcool et de la drogue.

L'une d'elles a alors frappé un policier d'un coup de poing au visage et un autre occupant des lieux a dégainé une arme qu'il était allé chercher dans une chambre.

Les policiers se sont alors retrouvés nez à nez avec un fusil de calibre 12 au canon scié. En plus de pointer l'arme dans la direction des forces de l'ordre, l'individu les a menacés de faire feu.

Afin d'éviter de devoir tirer sur les deux autres individus, les agents ont pris la décision de se retirer des lieux et d'appeler des renforts, puis, après une quinzaine de minutes de discussion, ils ont réussi à convaincre les trois occupants du logement de se rendre.

Une perquisition fructueuse

Tôt samedi, les autorités ont effectué une perquisition dans le logement et ils ont retrouvé le fusil dissimulé dans un sac avec des munitions, ainsi qu'un couteau.

Quant aux suspects, ils sont actuellement en détention et ils rencontreront les enquêteurs. Ils pourraient faire face à des accusations de possession d'armes prohibées dans un dessein dangereux, de braquage d'armes à feu, de voie de fait sur des policiers et de menaces de mort.

Tous les trois sont âgés d'une vingtaine d'années et sont connus des services de police.

L'opération a nécessité un important déploiement policier et l'érection d'un périmètre de sécurité, à la grande surprise des habitants de ce secteur résidentiel où vivent de nombreuses jeunes familles. L'endroit accueille aussi l'École de l'Amérique-Française, un établissement scolaire du primaire.

Avec des informations de Jérôme Bergeron

Plus d'articles