Retour

Des poules des champs en « vacances » en ville à Gatineau

Cécile Lemaire et son mari ont récemment décidé d'accueillir de nouveaux locataires dans leur cour : des poules. Rencontre avec une famille et ses trois invitées, qui partageront leur quotidien... Et leurs oeufs le temps d'un été.

Un texte de Joël Fitzgerald pour Tout inclus

« On a Colette, on a Coraline, alors on comprend le ‘’coco’’, puis on a ‘’Oeuf’’génie », raconte avec amusement cette mère de famille.

Depuis 2017, Gatineau a mis en place un projet pilote sur les petits élevages urbains, qui permet à des résidents d’élever des poules dans leur cour arrière.

Ils sont une centaine cette année à y prendre part. Cécile Lemaire et son mari en font partie.

Avant de se lancer dans cette nouvelle aventure, Mme. Lemaire a effectué de nombreuses recherches et a aussi suivi une formation offerte par la municipalité.

Pour la petite famille, le bien être de ses petits locataires ailés était une priorité et ils voulaient bien faire les choses.

Des vacances en ville

L’été dernier, son mari a construit un poulailler pour accueillir les nouvelles venues qui y pondront confortablement tout l’été.

Le couple a d’ailleurs décidé de « louer » ses poules pondeuses directement chez une ferme locale, en Outaouais, pour permettre à trois poules « de partir en vacances tout l’été en ville ».

À la fin de l’été, les poules retourneront chez elles et passeront l’hiver au chaud à la ferme.

« Je ne voulais pas avoir des poules comme étant un outil de consommation : je veux des poules, je veux œufs et après je m’en débarrasse. Je voulais m’assurer qu’il y ait un après », explique Mme Lemaire.

Constuire son poulailler : les étapes

Plus d'articles