Retour

Des préoccupations exprimées aux consultations sur Chalk River

Sentinelle Outaouais a déposé un document devant la Commission canadienne de la sûreté nucléaire, mercredi, lors du dernier jour de la première phase des consultations publiques sur le projet de futur site de gestion de déchets radioactifs à Chalk River.

L'organisme voué à la protection de la rivière des Outaouais s'inquiète du fait que l'installation serait située à moins d'un kilomètre des berges de la rivière qui se déverse dans le fleuve Saint-Laurent. De nombreux groupes écologiques croient que le projet actuel ne devrait pas aller de l'avant puisque les informations fournies par le promoteur seraient insuffisantes pour permettre à la Commission de trancher au sujet de sa sécurité.

En plus des groupes environnementaux, des maires font connaître leur désaccord. L'Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent, qui regroupe 131 villes des États-Unis, de l'Ontario et du Québec, a demandé, mardi, à ce que les autorités gouvernementales fassent preuve d'une grande prudence face au projet. L'organisme veut que l'entreprise privée puisse mettre en place un fonds de prévoyance en cas de sinistre.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a pour sa part écrit à la Commission afin d'obtenir davantage d'informations sur le dossier. Le maire est conscient que le Canada a besoin d'un dépotoir de déchets nucléaires, mais il n'est pas convaincu que l'emplacement choisi est adéquat.

La grande majorité de l'approvisionnement en eau de la Ville de Gatineau provient de la rivière des Outaouais.

Prévenir plutôt que guérir

Le directeur général de Sentinelle Outaouais, Patrick Nadeau, croit qu'on devrait prévenir plutôt que guérir.

« On peut bien penser à se préparer pour un sinistre, mais pourquoi ne pas réduire le risque en partant et c'est en choisissant un nouveau site plutôt qu'un site presque adjacent à la rivière des Outaouais? Si on veut se préparer pour un sinistre, il faut penser dans une échelle de temps que ce projet-là va présenter des risques pendant des siècles », a-t-il affirmé.

Pour Sentinelle Outaouais, il est important que la population soit mise au courant des détails de ce projet de dépotoir. L'organisme a fait appel à des experts en nucléaire pour la préparation de son rapport. Il prévoit le rendre public pour aviser la population des risques que pose le projet.

Avec les informations de Laurie Trudel

Plus d'articles

Commentaires