Retour

Des propos surprenants sur les Asiatiques de la part du maire de Casselman 

Le maire de Casselman, Conrad Lamadeleine, a tenu des propos pour le moins surprenants, ce matin, lors d'une réunion des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR). L'élu s'est dit inquiet que des Asiatiques fassent l'acquisition de résidences privées pour personnes âgées.

Le sujet abordé par les maires des CUPR était plutôt sérieux : ils discutaient d'une indemnité accordée à des résidents de centres d'accueil privés.

Le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins venait à peine de déclarer qu'il pensait que les CUPR étaient trop généreux « d'un bord et pas assez sur l'autre bord », quand M. Lamadeleine a pris la parole.

Flairant le dérapage verbal, M. Desjardins, s'est vite interposé en affirmant « [qu'] on ne peut pas mettre les Asiatiques dans le même bateau, parce qu'il y en a des bons. »

Le directeur général des CUPR, Stéphane Parisien, a ensuite mis fin à l'échange. Il n'empêche qu'après la réunion, le malaise était palpable.

« Je me voyais dans l'obligation de dire que ce n'est pas tout le monde qui est de même. On ne juge pas le livre par la couverture », a tenu à préciser Guy Desjardins.

L'inquiétude comme motif

Une fois la réunion achevée, Conrad Lamadeleine a clarifié sa pensée.

« Les Asiatiques arrivent, et là, on s'aperçoit que ce n'est pas pareil après. Ça m'inquiète ça », a-t-il expliqué pour justifier ses propos.

La situation qu'il évoque serait survenue à la résidence Mon Chez Nous, mais le maire de Casselman admet qu'il n'en a jamais été question aux réunions du conseil de sa Municipalité.

« Ça n'a jamais été abordé. J'ai juste dit ça parce qu'il y a des gens dans la rue qui ont dit ça », a-t-il indiqué.

C'est la seconde fois en l'espace de six mois que le maire de Casselman tient des propos controversés.

En avril dernier, il s'en était pris à l'Ombudsman de l'Ontario, qui lui avait ensuite répondu sur Twitter.

D'après un reportage de Denis Babin

Plus d'articles

Commentaires