Retour

Des rencontres personnalisées pour les sinistrés des inondations à Gatineau

Cinq mois après les inondations printanières, des sinistrés attendent toujours que leur situation soit réglée. Le ministère de la Sécurité publique va rencontrer individuellement cette semaine près de 800 sinistrés à Gatineau pour faire avancer leur dossier.

Des représentants du ministère et de la Municipalité seront sur place pour aiguiller les sinistrés. Ils ont déjà effectué plus de 300 rencontres individuelles pour la journée de lundi.

« Ici, on a plus de 1200 dossiers répertoriés par la Ville de Gatineau », a expliqué le directeur du rétablissement pour le ministère de la Sécurité publique, Denis Landry. « On rencontre les gens pendant 45 minutes ou une heure. On est ici pour leur donner des réponses. »

« Trop de paperasse »

Du côté des sinistrés, les réactions sont partagées à la sortie de leur rencontre personnalisée.

« Ça se déroule bien. Je suis agréablement surprise quand on sort des rencontres. Quand je voyais les gens sortir, la majorité d'entre eux sortaient avec le sourire. On sait ce qu'il y a à faire pour compléter un dossier », a réagi Louise Guindon, elle-même sinistrée.

« Eux autres, ça leur prend des vérifications, c'est épuisant, mais ça va se faire », a pour sa part ajouté Chantal Ouellette, une autre sinistrée.

M. Audette a quant à lui hébergé ses parents, dont la maison située sur le boulevard Hurtubise a été inondée, et peine à voir la fin de ses démarches administratives.

« J'ai évacué mes parents le 2 mai et depuis le 2 mai, ils ne sont pas rentrés encore. Ils sont restés chez moi pendant un bon bout de temps », a-t-il rapporté. « C'est dur pour la santé. Le côté administratif, c'est pire que les inondations comme telles, ça n'en finit plus. Trop de paperasse, trop difficile, trop d'insécurité. »

À Gatineau, les rencontres ont lieu au Centre communautaire Jean-René Monette, 89, rue Jean-René Monette, de 8 h 30 à 20 h 30.

Pour plus d'informations, visitez le site du ministère ici.

Avec les informations de la journaliste Claudine Richard

Plus d'articles

Commentaires