Retour

Des résidents de Gatineau se souviennent de René Angélil

Le décès de René Angélil résonne fortement dans le cœur de bien des Québécois. À Gatineau, ceux qui ont eu l'opportunité de le rencontrer en personne mettent surtout en avant sa simplicité et son accessibilité.

Dans le salon Recherché concept coiffure, la mort de René Angelil anime toujours les conversations. Au mur, une photo de Céline Dion entourée des deux stylistes du salon, Yves Briand et Éva Pontiroli, trône bien en évidence.

Lors de la venue de la chanteuse à Gatineau en 2003, pour le spectacle « Simplement Marney », les deux artisans avaient obtenu un contrat de rêve, à savoir coiffer toute l'équipe.

« Tout s'est fait en harmonie. On est allé le jour, le soir, on a travaillé là-bas. C'était extraordinaire », se remémore Yves Briand.

Ce dernier raconte qu'il avait fallu négocier avec M. Angélil avant d'avoir accès à l'entourage de la vedette. Cette dernière étape ne lui a laissé que de bons souvenirs.

« C'était un chic type. Sa Céline, c'était la personne la plus importante sur terre. Quand il voyait que les gens s'intéressaient à elle, automatiquement, les portes étaient ouvertes », se rappelle-t-il.

Par la suite, Éva Pontiroli a organisé un voyage à Las Vegas pour assister à un spectacle de Céline Dion. Elle a affrété un avion nolisé avec un groupe de 100 personnes, essentiellement des clients et des employés du salon.

Le groupe voulait rencontrer la chanteuse et ils ont dû passer par René Angélil afin d'avoir accès elle.

« Je ne pensais jamais que ça aurait été aussi facile de l'approcher », avoue la styliste.

Finalement, ils n'ont pas pu obtenir une entrevue, mais ils ont pu repartir avec une photo signée. Aujourd'hui, elle garde un souvenir ému de sa rencontre avec l'imprésario, qui selon elle restera dans l'histoire de par son influence sur le monde artistique.

Une photographe sous le charme

La photographe de Gatineau Richere David a eu accès à la famille Angélil-Dion pour un projet de mosaïque destinée à l'Hôpital Sainte-Justine, à Montréal.

La première séance de photographie a eu lieu en 2006, à Las Vegas. Lors de sa toute première rencontre avec le couple, elle admet qu'elle se sentait très nerveuse.

« Ce que je me souviens de René, c'est sa présence. Quand il est arrivé dans la salle, ça a apporté un grand calme. Même si on était 30 min avant le spectacle de Céline, il nous faisait nous sentir à l'aise », souligne-t-elle.


Richere David affirme qu'elle gardera de René Angélil l'image d'un homme très chaleureux, ouvert d'esprit, souriant et qui ne se « prenait pas pour quelqu'un d'autre. »

Les funérailles de ce dernier auront lieu le vendredi 22 janvier prochain à 15 h, à la basilique Notre-Dame de Montréal.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine