Retour

Des résidents dénoncent la décision d'établir le futur Campus Civic sur le site Sir John Carling

Un groupe de citoyens soucieux de l'environnement dénonce le choix du site de l'ancien édifice Sir John Carling pour y établir le futur campus Civic de l'Hôpital d'Ottawa. Une dizaine d'entre eux ont d'ailleurs manifesté samedi.

La Commission de la capitale nationale (CCN) avait annoncé en novembre qu’elle favorisait le pré Tunney comme emplacement du nouveau campus Civic.

Or, les réactions quant à ce choix étaient mitigées. La ministre du Patrimoine canadien s’est finalement pliée en décembre à la demande du maire Jim Watson et des députés régionaux de choisir le site Carling.

Depuis que le gouvernement fédéral a tranché, c’est la première fois qu’une opposition citoyenne s’organise et exige un autre emplacement pour la construction du futur campus Civic.

« L’hôpital peut aller ailleurs, puisqu’il y a de la place ailleurs », croit Anne-Marie Hogue, une résidente d’Ottawa. « On a déjà trouvé mille et une raisons pour lesquelles ce serait bien au pré Tunney. Il y a de la place là, donc pourquoi ne pas préserver ce lieu qui est une richesse nationale? »

L’utilisation du site Carling est peut-être la meilleure solution, mais elle demeure inacceptable selon certains environnementalistes.

« [Le choix du site] n’est pas un compris, c’est vital pour nous comme humain et pour notre santé », explique l’environnementaliste Maggie Biesterfeld.

D’autant plus que les espaces verts sont de plus en plus rares et menacés à Ottawa, selon l’ancien conseiller municipal Clive Doucet.

« Rappelons-nous que nous avons perdu le parc Lansdowne, qu’on a perdu les plaines Lebreton pour des condos, qu’on a perdu les chutes Chaudières et on perd maintenant la baie Moonie’s », déplore l’ancien conseiller.

C’est un saccage de notre histoire et de nos espaces verts.

Clive Doucet, ancien conseiller municipal à Ottawa

Il reste à voir si la volonté de ces citoyens de préserver le site Carling et les arbres matures qu’on y trouve suffira à convaincre le gouvernement fédéral de faire marche arrière. C’est loin d’être une cause gagnée d’avance.

Selon le reportage de Gilles Taillon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine