Même si la Ville de Gatineau investit annuellement 25 millions de dollars pour la réfection de la chaussée, l'état des rues continue de se détériorer. La somme investie permet de réparer seulement environ 22 km de rues. Ces données ont été rendues publiques au comité plénier de la Municipalité, mardi.

La situation est si préoccupante qu'on recommande de plus que tripler les montants dépensés dans la réfection. Une facture annuelle évaluée à 76 millions de dollars.

La Ville de Gatineau estime que plus de 200 km de rues (soit environ 15 %) du réseau sont en fin de vie utile, alors que 356 autres kilomètres (soit plus de 27 % du réseau) ne respectent pas les normes de qualité.

La Municipalité aurait à investir 392 millions de dollars pour atteindre des niveaux acceptables de qualité de ses rues.

Des discussions ardues

Les pourparlers se poursuivront dans les prochaines semaines au conseil municipal, dans le cadre des négociations budgétaires.

Certains élus envisagent déjà de couper certains programmes à la population.

La conseillère de Hull-Wright, Denise Laferrière, souligne les dépenses importantes d'un tel projet.

« Il va falloir faire des choix très difficiles dans les prochaines années », dit-elle. « Effectivement, ce qui va arriver, c'est qu'on va en mettre moins dans d'autres éléments. »

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin parle plutôt de la fiscalité des villes et souhaite que la formule soit révisée. Il rappelle que les municipalités ont 58 % des responsabilités, mais qu'elles obtiennent seulement 8 % des revenus issus des taxes.

D'après les informations du journaliste Louka Jacques

Plus d'articles

Commentaires