Retour

Des sinistrés de Pontiac inquiets et frustrés à l’approche de l’hiver

Plusieurs sinistrés des inondations printanières de la municipalité de Pontiac sont inquiets à l'approche de l'hiver, parce que leur dossier est loin d'être réglé auprès du ministère de la Sécurité publique. Au total, 23 maisons doivent être démolies, mais seulement 12 permis de démolition ont été délivrés.

Six mois après les inondations du printemps, Robert Bergeron est loin d’avoir tourné la page sur les inondations du printemps.

Il tente de convaincre Québec d’augmenter l’indemnisation prévue pour sa maison, maintenant vouée à la démolition comme une vingtaine d’autres dans la municipalité de Pontiac.

Mais avec l’hiver qui s’installe, le temps presse pour les sinistrés.

« [Tout autour], il y avait des trous partout et j’ai bouché les trous avec de la laine et j’ai mis une plainte dans le crawl space et that's it », a expliqué M. Bergeron.

Ces rénovations de fortune lui ont valu une autre surprise. Il a appris que Québec refuse de financer les travaux d’appoints lui permettant de survivre à la saison froide, malgré la moisissure qui s’installe.

« J’ai été inondé dans le rez-de-chaussée. Ils ne payent pas pour l’hivernation de la maison, ils ne payent rien , a décrit le sinistré. « Je vais passer l'hiver ici, à moins qu'ils me mettent dehors », a-t-il renchéri.

Le lit dans le salon

À quelques maisons de là, l’arrivée de l’hiver amène un autre vent de préoccupation. Richard Bertrand, lui aussi sinistré, a été forcé de condamner une partie de sa maison.

« C’est déprimant. C’est ça qui n’est pas idéal, moi je pensais être parti, je suis rendu avec le lit dans le salon, avec plein de boîtes partout », a relaté M. Bertrand.

Réponse de Québec

Le ministère de la Sécurité publique a affirmé répondre au cas par cas aux demandes de subventions pour des travaux temporaires.

Les sinistrés dont la maison est une perte totale peuvent aussi avoir accès à ces subventions à certaines conditions. Le gouvernement a précisé que le montant versé pour ces travaux ne réduira pas les indemnisations totales déjà prévues pour les sinistrés.

Le député libéral de Pontiac, André Fortin, a reconnu qu’il y avait des problèmes dans ce dossier. Il s’est tout de même voulu rassurant.

« C’est un enjeu sur lequel on travaille avec le ministère [de la Sécurité publique], mais j’encourage les citoyens à nous parler, à appeler le bureau du député », a-t-il expliqué.

La municipalité de Pontiac affirme avoir embauché du personnel supplémentaire pour accélérer le traitement des dossiers des 66 familles touchées par les inondations.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine