Retour

Des sinistrés redoutent les vols dans des quartiers inhabités à Gatineau

Des sinistrés des inondations qui ont pu regagner leur demeure s'inquiètent pour leur sécurité et celle de leurs voisins à Gatineau. Ils craignent que des voleurs fassent main basse sur les biens de maisons inhabitées et réclament donc une présence policière accrue.

Certains quartiers de la ville sont pratiquement déserts depuis les inondations. Plusieurs résidences sont vides parce qu’elles sont des pertes totales ou encore parce que les propriétaires attendent toujours d'avoir le feu vert de Québec pour amorcer les travaux.

Louise David, une résidente de la rue René, craint que ces résidences ne deviennent la cible de voleurs. Inquiète aussi pour sa sécurité, elle a porté plainte auprès de la Ville pour qu’elle répare un lampadaire brisé depuis mars dernier.

« Ce n’est pas rassurant quand il fait noir comme chez le diable et que tu n’as pas de voisins », souligne Mme David.

Peu de vols dans ces secteurs

Même si les patrouilles sont moins fréquentes, la police de Gatineau dit toujours accorder une attention particulière aux secteurs qui ont été inondés. Selon les données recueillies, le nombre de vols n'est pas en augmentation.

« Nous, on ajuste nos patrouilles en fonction des activités criminelles », souligne Jean-Paul Lemay, porte-parole du Service de police de la Ville de Gatineau.

La police invite les résidents qui ne se sentent pas rassurés de s'inscrire au programme Prévol, qui informe quotidiennement les citoyens de toutes les activités criminelles dans leur quartier.

D’après le reportage de Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un drone filme la beauté de l'Australie





Concours!



Rabais de la semaine