Retour

Des soldats canadiens tissent des relations avec des motards criminels

Des soldats canadiens portent les logos de motards criminels lors de missions à l'étranger. La police des Forces armées canadiennes (FAC) enquête depuis plus de cinq ans sur ces liens qu'elle qualifie de « préoccupants » entre des groupes de motocyclistes formés de militaires et des motards hors-la-loi, malgré le code de discipline des soldats.

Une enquête de Guillaume Dumont

De telles relations présentent des risques d’accès, par le crime organisé, aux armes et aux compétences des soldats, selon un rapport de renseignements criminels de la police militaire de la Défense nationale demandé par Radio-Canada par le biais de la Loi sur l'accès à l'information en 2015 et reçu en 2017.

L’enquête continue, baptisée projet Nighthawk, a vu le jour en 2012, après de nombreuses observations de la police militaire selon lesquelles des groupes de motards formés de soldats actifs et d’anciens combattants ont imité la structure, mais aussi le fonctionnement des gangs de motards criminels.

L’opération vise à observer des militaires des Forces et des employés du ministère de la Défense nationale qui appartiennent à ces clubs et qui s'associent « directement ou indirectement » aux membres de groupes de motards criminels.

Toutefois, « la grande majorité des membres de l’armée canadienne et des anciens membres des Forces qui font partie de ces clubs sont parfaitement légitimes. Il y a un petit pourcentage qui pourrait poser un risque à la sécurité », précise un officier commandant du renseignement militaire des FAC, Bernard St-Pierre.

Des vestes qui en disent long

Selon le rapport de la police militaire, les groupes de motocyclistes formés de militaires sont en pleine croissance au Canada. Au total, ils comprennent 80 membres actifs des Forces armées canadiennes et 75 anciens combattants.

Risque de conflits d’intérêts, selon la police militaire

De nombreuses questions se posent, d’après le rapport, en ce qui concerne les risques de conflits d’intérêts.

La police militaire a en effet vu des membres actifs des FAC qui portaient des vêtements aux couleurs de groupes de motards criminels, autant dans leurs garnisons que durant des déploiements à l’étranger.

« En ce moment, les politiques n’empêchent pas le port de ces vêtements par les militaires des FAC. Ça pourrait causer des questionnements du public, mais aucun règlement ne l’empêche », précise l’officier Bernard St-Pierre.

Le colonel à la retraite Michel Drapeau estime cependant que les Forces armées doivent clairement interdire le port de tels vêtements par les militaires.

« Il y a certains emblèmes que l’on peut endosser, mais certainement pas ceux qui sont contraires aux politiques gouvernementales. Par exemple, les soldats ne pourraient pas avoir des gilets qui expriment des propos racistes », analyse M. Drapeau.

Aussi, le rapport de la police militaire estime qu’il y a des risques d’infiltration des FAC par les motards criminels.

Le document précise en effet que les interactions entre les groupes de motards militaires et ceux hors-la-loi sont « inévitables ». Ces contacts pourraient même permettre aux motards criminels de recruter des soldats, actifs ou à la retraite.

« Plusieurs de ces groupes de vétérans s’associent avec des groupes de motards hors-la-loi qui sont considérés comme des organisations criminelles », indique le rapport, et ces contacts constituent « une porte d’entrée pour le style de vie et l’environnement criminel ».

D’après la police militaire, un des risques est que des militaires soient forcés par des motards criminels de leur donner accès à leurs armes ou à leur expertise.

« C’est possible qu’il y ait un risque à la sécurité de l’institution. Et lorsqu’il y a risque à l’institution, il y a aussi risque pour la carrière du membre », prévient l’officier Bernard St-Pierre.

Des groupes affiliés aux Hells Angels en mode recrutement

En 2015, Radio-Canada révélait que des anciens combattants avaient bel et bien été recrutés par des groupes de motards qui appuyaient les Hells Angels.

D'après nos informations, la situation se poursuit.

Selon nos sources, un officier des FAC à la retraite est notamment devenu membre des Death Messengers MC, un groupe de motards québécois affilié aux Hells Angels et qui compte deux sections dans le nord et le sud de la couronne de Montréal, en plus d’une à Rimouski.

Quand la transition vers la vie civile rend vulnérable

Le rapport de la police militaire rappelle que plusieurs groupes de motards criminels ont été fondés par d’anciens combattants qui cherchaient à retrouver un sentiment de camaraderie après avoir quitté l’armée.

Le départ des Forces, surtout lorsqu’il s’agit d’une expulsion pour mauvaise conduite, place les anciens combattants dans une situation de grande vulnérabilité, selon le professeur en travail social à l’Université du Québec en Outaouais (UQO) Dave Blackburn, lui-même ancien officier des FAC.

« La personne, du jour au lendemain, peut se ramasser à la rue, sans nécessairement avoir d’emploi », explique le professeur Blackburn. « C’est un fossé qui est difficilement réparable à court terme. L’ancien combattant se ramasse dans un état à risque pour son propre cheminement et pour son retour à la vie civile. »

Des motards criminels pourraient donc en profiter pour les recruter, d’après le rapport de la police militaire.

Une question d’éthique

La police militaire admet qu’elle n’a pas identifié d’activités criminelles organisées effectuées par des groupes de motocyclistes formés de militaires.

« Même s’il n’y a pas eu d'information à ce jour pour prouver que les groupes de motocyclistes formés de vétérans sont impliqués dans des activités criminelles organisées, l'activité réelle ou supposée des membres individuels est préoccupante et peut être révélatrice d'un problème plus important », précise le rapport.

Faire partie d’un groupe de motocyclistes militaires n’est pas illégal, rappelle le document, mais des questions se posent quand même, surtout en ce qui concerne la confiance du public envers les Forces armées canadiennes.

Ce sont en fait les liens potentiels avec des éléments criminels qui pourraient constituer des manquements à l’éthique et aux règlements militaires, estime Bernard St-Pierre, de la police militaire.

Une marge d’interprétation existe toutefois dans l’application des mesures d’encadrement des soldats canadiens.

« Il n’y a aucune politique qui empêche les membres de participer à des clubs de motocyclistes où ils pourraient avoir des liens directs ou indirects avec des éléments criminels. Par contre, de tels contacts ou de telles relations seraient à l’encontre de l’éthique des Forces armées canadiennes », explique-t-il.

Appel à l’action envers la Défense nationale

De son côté, Michel Drapeau espère une action rapide des dirigeants militaires dans ce dossier pour qu’ils clarifient et appliquent les directives militaires.

« Il y a plusieurs choses que les membres en service n’ont pas le droit de faire. Ils n’ont pas le droit de faire de la politique active, ils n’ont pas le droit de s’adresser directement aux médias », explique le colonel à la retraite.

M. Drapeau précise que « dans les circonstances, pour enlever tout doute, on doit inscrire à l’intérieur d’une directive ce qui n’est pas permis. Et c’est exactement ce qui devrait être fait par le chef d’état-major de la Défense nationale. »

« J’espère que les autorités militaires ont pris des mesures pour laisser savoir aux membres actifs que ceci n’est pas permis et advenant que des gens passent outre ce nouveau règlement, que des mesures disciplinaires vont être prises », lance Michel Drapeau.

Plus d'articles