Retour

Des syndicats dénoncent la privatisation de résidences à assistance continue

Deux syndicats du domaine de la santé affiliés à la CSN ont dénoncé, vendredi midi, ce qu'ils considèrent comme une privatisation de quatre résidences à assistance continue pour les personnes ayant une déficience intellectuelle en Outaouais.

Le Syndicat des travailleurs et des travailleuses de la santé et des services sociaux de l'Outaouais (STTSSSO) et la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS) ont fait front commun, lors d'une manifestation devant le Pavillon du Parc. Pour les syndicats il est « minuit moins cinq », mais il encore temps de renverser la décision.

La gestion des quatre résidences va être confiée à la Fondation immobilière de l'Outaouais, un organisme privé sans but lucratif. Les résidences ne relèveront donc plus du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais.

Cette réorganisation des services va entrainer l'abolition de 60 postes d'auxiliaires, ce qui, selon le STTSSSO, se traduira par une perte d'expertise. Le syndicat craint aussi que les résidents, qui souffrent d'une déficience intellectuelle ou de troubles du spectre de l'autisme, subissent les conséquences de ces changements.

« L'impact sur ces résidents ou ces usagers-là est considérable. Ce sont des gens qui vont être chamboulés par une décision ministérielle. On croit qu'il n'est pas trop tard pour changer d'idée et remettre en question cette décision-là », a déclaré le vice-président régional de la FSSS, Christian Meilleur.

Une importante réorganisation

La réorganisation des services en déficience intellectuelle, entreprise en décembre dernier par le CISSS de l’Outaouais, devrait entrer en vigueur prochainement.

« Les résidences actuellement transformées sont Éden-C et Eden-B du boulevard de l'Hôpital [à Gatineau]. La prochaine sera celle de Shawville, puis celle sur Ena-Charland [à Gatineau] », a expliqué Jean Danserau, le directeur responsable du programme de déficience intellectuelle au CISSS de l'Outaouais..

« Les résidences Broad, Washington, McConnell, Robert-Wright et Castillou [à Gatineau] deviendront des résidences de réadaptation à compter du 8 octobre », a-t-il ajouté.

Le CISSS a proposé que quatre des neuf résidences de l’ancien Pavillon du Parc soient transformées en centres de transition et qu'elles soient confiées à des ressources intermédiaires.

Pour Nathalie Rocheleau, mère d'un jeune homme de 18 ans souffrant d'autisme, la situation est préoccupante et inquiétante. Elle fait plusieurs démarches pour le bien-être de son fils.

« Je dois constamment me battre pour mon fils. Je vois des choses qui peuvent être améliorées, donc je continue et je ne lâche pas », a-t-elle déclaré.

Une restructuration nécessaire selon le CISSS

Le CISSS de l'Outaouais se défend et soutient que les transformations permettront de mieux répondre aux besoins des patients.

M. Dansereau évoque une pénurie de main-d'oeuvre pour expliquer la décision et tente de se faire rassurant, en mentionnant qu'aucun emploi ne sera perdu.

« Le statu quo n'est pas possible, c'est clair. Il faut évoluer vers une formule qui va nous permettre de bien répondre au besoin de l'ensemble de nos usagers », a-t-il souligné.

D'après les informations de Florence Ngué-No

Plus d'articles

Commentaires