Retour

Des syndiqués du CSDCEO entament leurs moyens de pression

Les préposés à l'entretien, les secrétaires, les techniciens informatiques, les bibliotechniciens et les surveillants d'une trentaine d'écoles francophones de l'Est ontarien ne se présenteront pas au travail mardi matin.

Les membres de la section locale du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) doivent former un piquet de grève devant les bureaux de leur employeur, le Conseil scolaire de district catholique de l'Est ontarien (CSDCEO).

Malgré tout, les écoles restent ouvertes et le transport scolaire est maintenu, assure le Conseil scolaire.

Les effets seront plutôt minimes dans les écoles mardi, selon Jacynthe Barbeau, représentante nationale de la section 4155 du SCFP, mais se feront tout de même sentir sur le bon fonctionnement des établissements.

Il va y avoir un impact au niveau de la santé-sécurité, au niveau de la propreté des lieux, au niveau de la communication avec les parents.

Jacynthe Barbeau, représentante nationale de la section 4155 du SCFP

Pour le moment, les syndiqués ne formeront pas de piquet de grève autour des écoles, mais la situation pourrait changer rapidement.

Il va y avoir différentes écoles qui vont être ciblées dans les prochains jours.

Jacynthe Barbeau, représentante nationale de la section 4155 du SCFP

Les moyens de pression visent un retour à la table de négociations, précise la représentante syndicale. Dans un communiqué, le CSDCEO accuse quant à lui le syndicat d'avoir refusé les nouvelles dates de négociations présentées par les conciliateurs.

Les points qui achoppent entre les parties concernent l’organisation du personnel (la dotation et la supplantation), selon le syndicat.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine