Retour

Des syndiqués du secteur public restent vigilants à la suite des changements annoncés

L'Association canadienne des employés professionnels (ACEP) reste prudente au lendemain de l'annonce des libéraux fédéraux, qui comptent revenir sur les changements du précédent gouvernement conservateur au sujet des relations de travail dans la fonction publique.

Le gouvernement Trudeau veut abroger la Loi no 2 sur le plan d'action économique de 2013, notamment en ce qui a trait aux services essentiels.

Les libéraux souhaitent ainsi revenir sur des modifications qui permettaient à Ottawa de déterminer unilatéralement quels employés offrent des services essentiels, et donc lesquels ont le droit de recourir à la grève.

Les changements instaurés par les conservateurs avaient par ailleurs rendu l'arbitrage salarial dépendant des priorités budgétaires, selon Emmanuelle Tremblay, présidente de l'ACEP. Celle-ci précise que certaines demandes pro-employeur devaient donc être traitées en priorité lors de l'arbitrage ou de la conciliation.

« Ça, ça crée un déséquilibre des forces en présence », soutient-elle.

Rien d'immédiat

Emmanuelle Tremblay rappelle que ses membres sont présentement en négociations collectives avec le gouvernement et que les lois en vigueur s'appliquent toujours, pour le moment.

De son côté, l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) souhaite mieux comprendre les répercussions de cette annonce avant de réagir.

Le gouvernement Trudeau entend déposer un projet de loi dès l'automne.

D'après les informations de Patrick Pilon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine