Retour

Des tensions persistent chez les élus gatinois après leur lac-à-l'épaule

Une retraite fermée de deux jours n'a pas permis d'aplanir les tensions, qui règnent depuis des mois au conseil municipal de Gatineau. Réunis en huis clos, lundi et mardi, les élus municipaux ont discuté de divers enjeux.

Interrogé, mercredi,sur l'issue de la rencontre, le maire de Gatineau est resté vague quant au contenu des dossiers et des enjeux, qui ont fait l'objet d'échanges.

Maxime Pedneaud-Jobin a reconnu que les discussions ont été intenses, mais qu'elles ont permis aux élus d'approfondir des enjeux importants.

« Nos objectifs ont été atteints. Les réflexions ont été faites. C'était très positif », a-t-il souligné. « Je ne veux juste pas faire semblant qu'après un exercice comme celui-là, il ne se passera rien la semaine prochaine, qu'il n'y aura pas de différences d'opinions. Ça, ça reste. »

Tous les dossiers discutés, qui doivent faire l'objet de décisions, reviendront à la table du conseil, a précisé le maire.

Le droit à la dissidence

De son côté, le conseiller du district du Plateau, Maxime Tremblay, abonde dans le même sens.

« C'est sûr que ce n'était pas une session pour savoir si on s'aime ou pas », indique-t-il. « La façon dont on travaille, chacun, on a notre façon de voir les choses. Il faut respecter ça. »

M. Tremblay précise également qu'il trouve parfois difficile que les désaccords, qu'il exprime à l'occasion, soient parfois perçus comme de l'opposition.

Avec les informations de la journaliste Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine