Retour

Des travailleurs de l'hippodrome Rideau-Carleton rejettent massivement la nouvelle offre patronale

Des travailleurs de l'hippodrome Rideau-Carleton en lock-out depuis quatre mois n'ont pas terminé de prendre la rue. Jeudi, ils ont voté majoritairement contre une nouvelle offre patronale présentée par la Société des loteries et des jeux de l'Ontario (OLG), affirmant qu'elle n'abordait pas « les principales préoccupations des travailleurs ».

L'offre en était une deuxième depuis décembre 2015 et était légèrement différente que la première. Elle proposait cette fois-ci une augmentation de salaire de 1,75 % pour la première année, suivie de deux années de gel. La quatrième année, OLG proposait une autre augmentation de 1,75 %, pour ensuite geler à nouveau les salaires pour la cinquième année.

Le vice-président exécutif régional de l'Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC), Larry Rousseau, a par ailleurs rappelé par voie de communiqué que tant et aussi longtemps que la société propose de geler les salaires, le lock-out perdurera.

Le groupe de 124 employés syndiqués urge au gouvernement Wynne de mettre fin au conflit, qui perdure depuis le 15 décembre. Leur contrat de travail est échu depuis le 1er janvier 2014.

Ils souhaitent également une entente équitable et négociée au sujet des salaires et de leur régime de retraite, mais aussi que le gouvernement s'engage à ne pas privatiser la Société des loteries et des jeux de l'Ontario (OLG).

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine