Retour

Des travailleurs de l'Outaouais à Montréal pour dénoncer l'austérité

Une délégation d'employés syndiqués de l'Outaouais est partie à Montréal afin de participer à la manifestation du Front commun, samedi après-midi. Ils ont dénoncé les compressions et le plan d'austérité du gouvernement de Philippe Couillard.

Au total ce sont 25 autobus, bien remplis, qui ont quitté la région. À bord, il y avait des centaines de travailleurs, de la santé et de l'éducation principalement, et leurs représentants syndicaux, qui ont laissé de côté leur samedi de congé pour aller faire entendre leur mécontentement.

« Il faut investir dans l'éducation. On nous méprise beaucoup. On veut pouvoir enseigner dans la dignité et on veut que nos élèves puissent apprendre dans des conditions favorables », indique Lyne Beaumier, une enseignante en français au Cégep de l'Outaouais.

Les syndiqués des secteurs publics et parapublics sont en colère contre le gouvernement qui leur propose des gels de salaires pendant deux ans et par la suite des hausses de 1 % par année pendant trois ans.

Ils sont aussi contre les modifications que Québec propose pour leurs régimes de retraite.

Le président du Conseil central des syndicats nationaux (CSN) de l'Outaouais, Michel Quijada, affirme que dans ce contexte, ce ne fut pas très difficile de mobiliser les troupes.

« Ça devient épouvantable de travailler dans les réseaux publics, peu importe l'endroit où on travaille. Je pense que c'est assez facile de convaincre les gens d'aller se faire voir à Montréal pour que le gouvernement enregistre très bien qu'on n'est pas d'accord avec ce qu'il fait », explique-t-il.

Des dizaines de milliers de travailleurs du secteur public - 150 000 selon les organisateurs - ont manifesté samedi, à Montréal, dans le but de mettre de la pression sur le gouvernement dans le cadre des négociations pour le renouvellement de leurs conventions collectives. 

La marche a commencé à 12 h 30 au pied du mont Royal et les marcheurs se sont dirigés vers les bureaux du premier ministre Philippe Couillard, au centre-ville. Tout s'est déroulé calmement. De nombreux enfants étaient présents.

Pas moins de 225 autobus ont été nolisés provenant de toutes les régions du Québec, et c'est sans compter les manifestants qui provenaient de la grande région de Montréal. Il s'agissait certainement d'une des plus grosses manifestations des dernières années.

D'après des informations de Laurie Trudel

Plus d'articles

Commentaires