Retour

Des victimes des ratés du système de paye Phénix témoignent

Ses prestations de retraite ont commencé avec dix jours de retard, au mois d'août. À son départ, on lui avait aussi dit qu'elle recevrait ses indemnités de cessation d'emploi avant la fin d'octobre. Mais elles se font toujours attendre.

« Leurs dates sont toujours retardées. Un moment donné, c'était le 31 octobre. Là, c'est rendu le 14 décembre », raconte Mme Charbonneau. « Je crains, coudonc ça va tu être dans deux autres mois plus tard. »

Le gouvernement fédéral doit également la rémunérer pour le temps supplémentaire qu'elle a effectué depuis 2015 et lui rembourser des congés non pris. Encore là, Mme Charbonneau attend toujours.

Elle dit avoir multiplié les appels et envoyé des courriels pour comprendre les raisons de ce retard.

« Je ne sais pas combien d'appels, de courriels que j'ai écrits et tout cela, alors je ne me sens pas à la retraite, sincèrement, non. J'ai aussi ouvert un compte d'investissement. J'ai perdu de l'intérêt. J'aimerais avoir cet intérêt-là », explique Mme Charbonneau.

C'est après avoir indiqué qu'elle parlerait aux médias que son dossier a débloqué.

Autre exemple dans l'Est ontarien

Un jeune couple de Hawkesbury, qui a eu un enfant en juillet, n'a toujours pas reçu ses paiements de congé de maternité. Son manque à gagner s'élève à 8000 $.

La mère, Jayme Drummond, une employée d'Environnement Canada, dit qu'elle a soumis sa demande de congé au mois de mars, mais que son dossier a été traité seulement en septembre. Elle affirme n'avoir reçu aucun paiement depuis deux mois.

« Nous commençons à être très découragés », dit-elle. « Nous sommes à bout de nerfs et on doit retarder bien des projets [trad. libre]. »

Mme Drummond et son conjoint Bryan ne peuvent pas, par exemple, visiter leurs proches dans le Nord de l'Ontario ou au Nouveau-Brunswick pour leur présenter leur bébé.

Ils affirment avoir effectué plusieurs démarches et qu'ils ne peuvent avoir de réponses satisfaisantes des personnes qu'ils réussissent à joindre.

« On a l'impression de tourner en rond à chaque fois qu'on parle à quelqu'un; de revenir à la case départ [trad. libre] », conclut M. Drummond.

Plus d'articles