Retour

Deux à trois semaines encore avant la reprise du service normal à la STO

Le conflit de travail qui a duré dix semaines à la Société de transport de l'Outaouais (STO) a encore des conséquences sur le nombre d'autobus en service. Les annulations de voyages restent fréquentes et vont l'être pour encore quelques semaines, selon les responsables du transporteur public.

La porte-parole de la STO, Céline Gauthier, explique que les autobus immobilisés pendant le conflit sont réparés au compte-gouttes, selon la disponibilité du personnel d'entretien et en fonction des réparations quotidiennes imprévisibles.

« On ne peut pas mettre nos priorités que sur les autobus immobilisés. On doit s'assurer que nos autobus qui offrent le service courant en journée, dans l'après-midi, soient prêts à prendre la route pour l'heure de pointe de l'après-midi », ajoute Mme Gauthier.

La Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) impose un délai de 48 heures aux transporteurs publics pour qu'ils réparent les défectuosités mineures de leurs véhicules.

Pour arriver à remettre le plus rapidement possible tous ses autobus sur la route, la STO compte sur les employés qui acceptent de faire des heures supplémentaires sur une base volontaire, particulièrement les fins de semaine.

Mme Gauthier estime qu'il « y a une progression, parce que si on compare le portrait il y a un mois au portrait aujourd'hui, on a quand même réduit considérablement le nombre d'annulations de voyages au quotidien ».

Elle indique que le service normal devrait être rétabli d'ici deux à trois semaines.

Avec les informations de la journaliste Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine