Retour

Deux candidats à la mairie de Gatineau se plaignent d'une culture de confrontation

Les deux candidats indépendants à la mairie de Gatineau y sont allés d'une attaque en règle contre le maire Maxime Pedneaud-Jobin, lundi. Sylvie Goneau et Denis Tassé accusent le maire sortant d'avoir instauré une culture de confrontation entre la ville et les entrepreneurs en construction.

Les deux candidats réagissaient à la décision de la Cour du Québec, rendue le 2 août, dans un litige opposant la Ville de Gatineau à une entreprise de Construction.

La compagnie Construction Profex, qui devait faire la phase 1 des travaux de remplacement du revêtement extérieur de la Maison du Citoyen avait intenté une poursuite contre la Ville parce qu’elle n’avait pas été payée pour les travaux. Selon la Ville, l’entreprise n’a pas bien fait les travaux qui ont dû être refaits par une autre entreprise. Une affaire qui remonte à 2013.

La juge Patsy Bouthillette estime que la Ville n’a pas collaboré et qu’elle a utilisé des méthodes qu’elle qualifie de loufoques dans ce dossier. La Ville doit verser plus de 72 000 $ à l'entreprise Profex.

« D’apprendre d’un juge de la Cour du Québec que nos méthodes sont loufoques, je trouve ça très embarrassant, très embarrassant », a déclaré Denis Tassé.

Selon M. Tassé et Mme Goneau, cette cause « illustre bien l’incapacité du maire de travailler en équipe ». M. Tassé rappelle que l’ombudsman lui-même avait souligné dans son rapport l’augmentation de la judiciarisation des dossiers municipaux.

« Il y a une culture de confrontation, on le voit au conseil municipal. Il n’y a pas de travail d’équipe, c’est fait en silot. Je vais vous dire qu’il y a des dossiers judiciarisés que nous on est même pas au courant », a-t-il dit.

Pour la conseillère du district de Bellevue, il est clair que le maire a été incapable d’améliorer les relations avec la communauté entrepreneuriale et que les relations ont, à son avis, empiré.

« Le maire a mis toutes ses énergies à changer la structure et non la culture », a-t-elle dit en faisant référence aux changements qui ont eu lieu au sein du Module de l’aménagement du territoire.

Le maire nie les accusations

Le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin a réagi par voie de communiqué aux accusations émises au cours de la journée par les aspirants à la mairie. Il a invité les candidats à regarder les faits avant de généraliser et de lancer des accusations.

« Notre philosophie est d’éviter la judiciarisation, comme en témoignent les statistiques de 2016 qui révèlent que sur 922 réclamations, seulement 12 se sont rendues en cours. Au fil des dernières années, nous avons développé une bonne relation avec le monde des affaires de Gatineau, même si nous ne sommes pas toujours d’accord. Il y a eu beaucoup de changements à la Ville et je suis très fier du partenariat que nous avons avec la communauté d’affaires, avec qui nous avons réalisé ces changements », a-t-il dit.

La Ville affirme être à l’écoute et collaborer de bonne foi avec les entrepreneurs.

« Tout au long des projets, du démarrage jusqu’à la clôture, les canaux de communications sont ouverts afin d’assurer une bonne collaboration avec les entrepreneurs, en partenariat la firme d’ingénieurs mandatée », a-t-on indiqué.

Une table de concertation souhaitée par les entrepreneurs

L’Association de la construction du Québec souhaiterait la mise sur pied d’une table de concertation entre la Ville et les entrepreneurs. Selon elle, malgré une certaine ouverture de la municipalité, ces derniers ne veulent plus soumissionner sur les contrats en raison de conditions contractuelles de plus en plus difficiles.

« Ce que je considère qui serait une bonne façon de faire c’est qu’on crée une table de concertation qu’on s’assoit avec la Ville et que la Ville peut nous dire leur réalité et que nous on puisse leur démontrer un peu notre réalité. À partir de ce moment-là, ça permettrait quand on a des problématiques qu’on trouve des solutions ensemble », a affirmé Diane Leblond, la directrice générale de l'Association de la construction du Québec pour l’Outaouais.

Mme Goneau a dit que si elle est élue, elle travaillera pour établir une relation de collaboration avec les entreprises qui créent des emplois qui et sont la richesse économique de la ville.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine