Retour

Deux entraîneurs québécois dans l'OHL : intéressant choc des cultures

Ce n'est pas tous les jours qu'un des meilleurs entraîneurs de la LHJMQ « passe à l'Ouest » et prend les commandes d'une équipe de la Ligue junior de l'Ontario! Pour cette raison, quand André Tourigny a accepté le poste d'entraîneur-chef des 67's d'Ottawa l'été dernier, je me souviens d'avoir immédiatement noté cet « événement ».

Enfin! Quelqu’un allait pouvoir clairement comparer le système de hockey québécois avec celui de la province voisine. L’Ontario ne constitue pas seulement le plus gros bassin de hockeyeurs au Canada. Sa ligue junior majeur, l'OHL, est aussi l’une des plus efficaces pépinières de hockeyeurs d’élite de la planète.

Cette saison, 185 Ontariens ont disputé au moins un match dans la LNH. C’est presque autant que le nombre de hockeyeurs développés par les États-Unis (225). De son côté, le Québec a vu 55 de ses joueurs fouler les glaces de la LNH cette saison.

Dès sa nomination à la tête de 67’s d’Ottawa, Tourigny a embauché son vieux complice Mario Duhamel à titre d’adjoint. Depuis le milieu des années 2000, les deux se sont côtoyés dans l’organisation des Huskies de Rouyn-Noranda, au sein du programme d’Équipe Canada ainsi qu'avec l’Avalanche du Colorado, où ils faisaient partie du personnel d’adjoints de Patrick Roy.

André Tourigny a aussi été entraîneur adjoint des Sénateurs d’Ottawa en 2015-2016. La saison dernière, il agissait à titre d’entraîneur-chef des Mooseheads d’Halifax. Quant à Duhamel, il a aussi été entraîneur-chef des Voltigeurs de Drummondville et, la saison dernière, des Olympiques de Gatineau.

Bref, voilà deux hommes de hockey minutieux, crédibles et respectés. Ils m’ont accueilli dans leur bureau de la Place TD il y a quelques jours, où nous avons plongé au coeur d’une passionnante discussion sur les différences « culturelles » qui existent entre le hockey ontarien et celui qu’on pratique au Québec.

***

Le calibre de jeu de la Ligue de l’Ontario est-il réellement plus élevé que celui de la LHJMQ, ou est-ce un mythe véhiculé par les recruteurs?

« La réponse à cette question est simplement mathématique. On retrouve trois fois plus de joueurs en Ontario qu’au Québec (255 000 contre 96 000) et l'OHL détient par ailleurs des droits territoriaux sur plus d’une d’une vingtaine d’États américains. En nombre, les Américains représentent l’équivalent de trois équipes dans l'OHL, sans compter les Européens (1) », répond André Tourigny.

« Dans la LHJMQ, un joueur européen est un élément-clé d’une équipe. Tu ne peux construire une équipe gagnante si tu ne mises pas sur un Européen de premier plan. En Ontario? Le joueur européen est simplement un actif permettant à une équipe de s’améliorer, mais qui n’est pas essentiel au succès. »

En 2016, quand les Huskies de Rouyn-Noranda se sont retrouvés en grande finale de la Coupe Memorial contre les Knights de London, bien des amateurs de hockey québécois avaient été estomaqués de constater à quel point les réalités des deux ligues étaient différentes. En plus de leurs 2 Européens exceptionnels, l’équipe ontarienne comptait pas moins de 10 Américains! Dans cette équipe, qui avait finalement remporté le championnat national, les Canadiens étaient minoritaires.

***

Cette saison, les 67’s d’Ottawa occupent le 7e rang de leur division et flirtent avec la marque de ,500. Cette équipe très jeune, et extrêmement prometteuse, amorce un cycle de reconstruction. Dans une ligue où les joueurs de 19 ans sont rois et maîtres, les deux plus vieux défenseurs des 67’s d’Ottawa sont âgés de... 18 ans.

Cette réalité n’a pas empêché Tourigny et Duhamel de sursauter, l’automne dernier, au début du camp d’entraînement de leur nouvelle équipe.

« J’ai tout de suite été impressionné par la manière dont nos cinquième, sixième et septième défenseurs tiraient la rondelle. On les regardait aller et on demandait où ils avaient pu développer cette habileté », raconte André Tourigny.

« Tous nos défenseurs semblaient capables de jouer en avantage numérique et de tirer la rondelle à 100 milles à l’heure. On a été surpris de ça. Et c’est la même chose avec nos gars de troisième et de quatrième trios. Ils patinent bien, ils tirent bien la rondelle et ils sont imposants. La profondeur est là », ajoute-t-il.

Pourtant, à compter des rangs pee-wee (12-13 ans), la très grande majorité des joueurs d’élite québécois font leur apprentissage dans des programmes Sport-études qui leur permettent de participer à quatre séances d’entraînement sur glace chaque semaine. En Ontario, les programmes Sport-études n’existent pas et les joueurs n’ont droit qu’à deux entraînements par semaine avec leur équipe.

Selon Tourigny et Duhamel, la grande différence entre le Québec et l’Ontario se trouve justement dans ces deux journées d’entraînement dont les Ontariens ne bénéficient pas!

« Pour compenser l’absence de la troisième et de la quatrième journée d’entraînement, les parents embauchent eux-mêmes des entraîneurs spécialisés dans le développement des habiletés ou du patinage de puissance. On ne parle pas ici d’entraîneurs embauchés par un collège et profitant d’une sécurité d’emploi. Ces entraîneurs extrêmement spécialisés doivent livrer la marchandise. S’ils ne le font pas, les parents vont voir ailleurs. Et si l’entraîneur n’a pas de clients, il ne mange pas. La qualité de l’enseignement offert est extrêmement relevée », dit André Tourigny.

***

En lisant ce commentaire, bien des entraîneurs de programmes Sport-études ou de dirigeants de programmes québécois bondiront sans doute de leur siège. « Nous aussi on insiste sur le développement des habiletés individuelles de nos joueurs! Ça fait partie intégrante de nos plans d’entraînement! »

À cela, Tourigny et Duhamel rétorquent qu’il y a une énorme différence entre « pratiquer des habiletés » et « enseigner des habiletés ».

« Je ne me considère pas comme un mauvais gars de hockey, explique Tourigny. Par exemple, si on m’envoyait diriger une équipe pee-wee BB à Saint-Bruno et qu’on me donnait le mandat de développer les habiletés de mes joueurs, je le ferais. Mais je ne suis pas un professionnel en la matière. Moi, ma spécialité consiste à former une équipe, à établir une culture, une identité et des valeurs. Ensuite, j’établis un objectif commun, j’apprends à mes joueurs à travailler ensemble au sein d’un système et je les motive afin qu’ils puissent offrir les meilleures performances possible. Ce n’est pas le même métier. »

« À Ottawa, nous avons au sein de notre personnel un entraîneur spécialiste des habiletés à temps complet (Derek Miller). Et environ toutes les deux semaines, d’autres spécialistes du même genre nous visitent et viennent compléter son enseignement. Quand ces gars-là me parlent, c’est comme du chinois. Je suis pourtant un homme de hockey compétent. C’est toutefois un art complètement différent de décortiquer la biomécanique d’un geste et d’être en mesure d’expliquer à un joueur qu’il ne pose pas la main au bon endroit sur son bâton, ou que son centre de gravité est mal exploité. Enseigner comment tirer une rondelle, c’est leur métier. »

Les deux entraîneurs québécois estiment qu’on retrouve en Ontario des centaines de spécialistes qui gagnent leur vie en enseignant les habiletés individuelles aux jeunes hockeyeurs.

« Juste dans la région d’Ottawa, il y a six individus ou groupes qui font ça à temps plein. À lui seul, Derek Miller enseigne à 1600 jeunes au cours d’une année », souligne Mario Duhamel.

Cette forte insistance sur le développement des habiletés individuelles en Ontario s’inscrit dans la même ligne de pensée que celles adoptées par les fédérations de hockey finlandaise et suédoise, qui ont toutes deux pris un virage majeur depuis le début des années 2000. Toute la philosophie de ces deux fédérations européennes repose sur la maximisation des habiletés des hockeyeurs avant l’atteinte de la puberté.

***

L’envers de cette différence entre les deux provinces canadiennes, c’est que l’enseignement tactique est beaucoup plus poussé au Québec.

« C’est un autre aspect qui nous a rapidement sauté aux yeux quand Mario et moi sommes arrivés dans l'OHL, explique André Tourigny. Le souci du détail et la maîtrise des tactiques collectives ou individuelles comme l’approche au porteur ou le marquage sont mieux maîtrisés par les jeunes Québécois du même âge. »

« C’est une grosse différence. Les jeunes qui arrivent dans la LHJMQ sont préparés à se conformer à un système de jeu parce que c’est ce qu’on leur enseigne dans la Ligue midget AAA. Et ce que je dis n’est pas négatif. C’est la réalité », ajoute Mario Duhamel.

« Au début de la saison, nous avons dû nous ajuster à cette réalité. Un exemple simple : comment devons-nous réagir lors des mises au jeu? Il nous a fallu un bon mois pour inculquer cette phase de jeu à l’équipe cette année. L’an passé dans la LHJMQ c’était réglé après une semaine », raconte Tourigny.

« Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, ajoute Duhamel. Heureusement, nous sommes tombés sur un bon groupe de jeunes vraiment désireux d’apprendre. Parce que nous les avons sortis de leur zone de confort. »

***

Le virage qu’entreprend le monde du hockey vers la maximisation des habiletés individuelles est majeur. André Tourigny le constate tous les jours.

« Des équipes de la LNH me téléphonent chaque semaine pour me prévenir que leur spécialiste du patinage de puissance ou leur spécialiste des habiletés viendra travailler avec tel ou tel joueur. D’autres organisations de la LNH ont des spécialistes du développement des défenseurs, des centres ou des ailiers. Nous entrons dans une ère de surspécialisation. C’est un phénomène assez récent. Quand j’étais au Colorado, nous n’avions aucun spécialiste du genre. Et je ne parle pas d’il y a 25 ans. J’y étais au milieu des années 2010 », raconte l’entraîneur en chef des 67’s.

Pour adopter ce virage au Québec, ce ne se sera pas évident.

« Les premiers programmes sports-études sont apparus il y a quelque chose comme 25 ans, notamment à la polyvalente De Mortagne. Ç'a été excellent pour le hockey québécois et ce l’est encore. Le hockey scolaire gagne aussi de plus en plus de terrain au Québec et ça aussi c’est louable. Par contre, en voyant ce qui se fait ailleurs, on se rend compte que tout ça arrive un peu à la croisée des chemins », mentionne Mario Duhamel.

« Il ne suffit plus de faire bouger les jeunes quatre fois par semaine. Les programmes doivent maintenant se demander comment ils peuvent aider leurs étudiants-athlètes à passer à l’autre niveau. »

Il y a des spécialistes très qualifiés en matière d’enseignement des habiletés au Québec. Sébastien Bordeleau, qui travaille avec les joueurs du Rocket de Laval et du Collège Esther-Blondin (midget AAA), en est un fort bel exemple. L’Académie des Pros de Danny Groulx et Joël Perrault, sur la Rive-Sud, constitue un autre bel exemple.

« Ces gars-là sont toutefois sous-utilisés par rapport à ceux qui exercent le même métier en Ontario. On voit même des spécialistes déménager à Toronto parce que leurs services ne sont pas suffisamment en demande au Québec », constate André Tourigny.

Au moment où le hockey québécois cherche à reprendre le terrain perdu sur la scène mondiale, il y a certainement de bonnes leçons à tirer de ces observations.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine