Retour

Deux fois plus de cas d’infections sexuelles dans l’armée canadienne que dans la population

EXCLUSIF - Le bilan de santé sexuelle de nos soldats n'a rien de reluisant. Les taux d'infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS) chez les membres de la Force régulière de l'Armée canadienne dépassent largement la moyenne canadienne, selon ce qu'a appris Radio-Canada.

Un texte de Jérôme Bergeron

Chlamydia, syphilis, gonorrhée… Le nombre de cas de maladies à déclaration obligatoire, dont les ITSS, a explosé entre 2004 et 2016 chez les jeunes militaires, d’après des données de la Défense nationale obtenues grâce à la Loi sur l’accès à l’information.

À eux seuls, les cas de chlamydia – l’infection la plus présente chez les soldats des Forces armées canadiennes (FAC) – ont plus que doublé en 10 ans.

En 2016, plus de 16 militaires par tranche de 1000 soldats âgés de 16 à 29 ans ont contracté la chlamydia. C'est plus de 5 fois le taux de 2006, où un peu plus de 3 militaires sur 1000 avaient reçu un diagnostic positif.

Des taux d’infections alarmants

Comparativement à ceux de l’ensemble des jeunes Canadiens, les taux d’ITSS sont presque 2 fois plus élevés chez les militaires de moins de 30 ans.

Ainsi, selon les plus récentes données de Statistique Canada (2015), 8,6 hommes de 15 à 29 ans sur 1000 avaient contracté la chlamydia.

Ce taux est largement inférieur à celui des militaires de 16 à 29 ans, où 15 personnes sur 1000 sont atteints par cette ITSS, soit presque 2 fois plus.

Chez les femmes du même groupe d’âge, la situation est inversée. Il y en avait 17 sur 1000 infectées par la chlamydia dans la population civile en 2015, contre 14,6 pour les femmes enrôlées dans les Forces canadiennes.

Selon Hélène LeScelleur, ex-gestionnaire des services de santé dans les Forces canadiennes et doctorante en travail social à l’Université d’Ottawa, ces statistiques pourraient être encore plus élevées.

Elle estime que de nombreux soldats choisissent de consulter un médecin dans le secteur public et non dans le système de santé militaire. Leurs cas ne sont donc pas signalés aux autorités officielles.

« Étant donné que le service de santé est à même [les Forces], il y a peut-être là une crainte d'aller se placer devant les personnes qu'on connaît pour dire : “Est-ce qu'on peut me vérifier?” » avance-t-elle.

Une question de comportement…

Hélène LeScelleur croit que les programmes de prévention ne sont pas en cause. Elle vise plutôt le comportement des militaires.

« C'est un peu l'idée que si je mets ma vie en danger tous les jours, après ça, il n'y a plus rien qui devrait m'atteindre », souligne la capitaine à la retraite.

Ou d'accessibilité?

De son côté, le capitaine de corvette et médecin militaire à la Direction de la protection de la santé des Forces canadiennes, Vincent Beswick-Escanlar, attribue plutôt cette différence entre le nombre de cas d’ITSS chez militaires et celui dans la population canadienne au dépistage récurrent des soldats atteints, lors de leur bilan de santé annuel.

« Une grande partie de la population générale n’a pas accès à un médecin de famille, comparativement aux Forces, où les trois quarts des jeunes hommes voient un médecin une fois par année », explique-t-il.

De plus, une personne atteinte de la chlamydia ne présente souvent aucun symptôme. « C’est pourquoi il est difficile de réduire le nombre [de cas] d’année en année », ajoute le médecin militaire.

Contamination à l’étranger ou au pays

Les documents reçus ne permettent pas de savoir si les soldats ont contracté la chlamydia lors de missions à l’étranger ou dans leur garnison.

Chose certaine, dans les Directives et ordonnances administratives de la Défense, la section sur les relations personnelles et la fraternisation encadrent de façon très stricte les liens intimes entre militaires, entre un militaire et un employé ou un entrepreneur, ou avec un militaire d’une force alliée.

« Leur relation au travail ne [doit pas nuire] à la sécurité, à la cohésion, à la discipline ou au moral de l'unité », peut-on lire (section 5.6).

Les Forces canadiennes n’encouragent donc pas de telles relations et veulent éviter que celles-ci deviennent « préjudiciables ».

Mais impossible d’ignorer que des militaires ont des relations sexuelles entre eux, selon Hélène LeScelleur.

« Ça arrive qu’il y ait des relations sexuelles. En fait, il y a des couples qui se forment en mission. Il y a des personnes qui vont se mettre ensemble pour se soulager », rapporte l’ex-gestionnaire des services de santé de l’Armée.

Absence de programme national de prévention

Si les différentes instances de santé publique au pays tentent de faire la guerre aux ITSS avec de nombreux programmes de prévention et de sensibilisation, ça ne semble pas être une priorité dans les Forces canadiennes.

Des préservatifs sont distribués gratuitement dans les bases militaires canadiennes et durant les missions à l’étranger. Mais l’armée n’a aucun programme national de prévention et de sensibilisation.

Le capitaine et médecin militaire Beswick-Escanlar indique que ce mandat est plutôt confié à chaque base, lesquelles sont responsables de mettre en place des initiatives de prévention en partenariat avec les services de santé publique locaux.

« Il y a toujours place à l’amélioration. C’est difficile de trouver une solution magique », ajoute-t-il.

À la base de Valcartier, par exemple, un programme a été lancé en grande pompe en 2014 pour contrer cette hausse des cas d’ITSS. Une infirmière spécialisée est responsable du programme de prévention et de détection des infections sexuelles.

« Selon les données de Valcartier, le taux de chlamydia était resté le même. Le programme a réussi à trouver, dépister et traiter les cas où ça n’a fait aucune différence », souligne le capitaine de corvette Beswick-Escanlar. « Mais on voit les initiatives qui se passent dans chaque base pour trouver de nouvelles approches et des solutions innovatrices. »

Avant leur déploiement à l’étranger, les militaires canadiens participent également à des séances de breffage au sujet des risques et des maladies présentes dans les pays où ils se rendent.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine