Retour

Deux hommes en détresse secourus par un bon samaritain dans la rivière des Outaouais 

Un couple de joggers d'Ottawa a vu sa session d'entraînement du week-end interrompue de façon inattendue dimanche.

Brian et Lisa Schmidt avaient parcouru près de 20 kilomètres à la course, quand, vers midi , ils ont aperçu deux hommes en détresse dans la rivière des Outouais près du pont Champlain.

« Ils pagayaient comme des fous. Je crois qu'ils n'avaient plus vraiment le contrôle de leur bateau », a affirmé Brian Schmidt.

Quelques instants plus tard, le canot des deux hommes a percuté une racine d'arbre avant de se renverser.

Une situation critique

Le plus jeune des deux hommes s'est retrouvé dans l'eau jusqu'au cou, près de la rive avec le canot. Brian Schmidt a expliqué qu'il l'avait aidé à bloquer le bateau entre deux arbres et à se mettre en sécurité.

L'homme plus âgé, quant à lui, s'est agrippé à une branche d'arbre à environ six à huit mètres du rivage.

L'homme qui était resté dans l'eau a commencé à crier. « Je vais lâcher! Je vais mourir! C'est à ce moment-là que j'ai décidé de sauter dans l'eau », a expliqué M. Schmidt.

Selon Brian Schmidt, les deux hommes ne portaient pas de gilet de sauvetage.

Malgré le beau temps dimanche après-midi, plonger dans l'eau glaciale de la rivière des Outaouais a fait l'effet « coup de poing [à] l'estomac », a déclaré le bon samaritain.

M. Schmidt s'est avancé dans la rivière aussi loin qu'il a pu en utilisant une branche d'arbre pour rester à la surface.

Il a réalisé qu'il ne pouvait pas atteindre l'homme, qui se trouvait à environ deux mètres de lui, et l'eau était si froide qu'il ne sentait plus ses bras et ses jambes.

« Je voulais aller l'attraper physiquement. Mais le débit était fort, et j'étais à peine accroché à l'arbre ... Je me suis dit, j'ai environ 30 secondes pour nager vers lui aussi fort que possible, et si je ne le fais pas, je vais être entraîné par la rivière. »

Alors, Brian Schmidt a demandé à l'homme de sauter.

« J'ai dit, ''vous devez sauter essayer de sauter dans mes bras." Et il a répondu: "Je ne peux pas le faire. Je vais mourir! Je vais mourir" », a déclaré Schmidt.

« À ce moment-là, il s'est penché en avant. Je l'ai saisi - j'ai saisi sa veste - et je l'ai agrippé ».

Un drame évité de justesse

Sur la rive, Lisa Schmidt essayait de trouver quelqu'un avec un téléphone portable - pour appeler le 911 - comme ni elle, ni son mari Brian n'avait de téléphone sur eux.

« Brian est resté dans l'eau un bon moment et j'ai commencé à m'inquiéter. Mais finalement il est sorti sain et sauf », a raconté Lisa Schmidt, soulagée.

Le couple pense que le sauvetage a duré environ cinq à dix minutes.

Le Service des ambulanciers paramédicaux d'Ottawa a déclaré dimanche soir qu'il n'y avait pas de rapport sur le sauvetage des deux hommes. Le porte-parole des ambulanciers a précisé à CBC que les deux hommes n'avaient peut-être pas eu besoin de soins médicaux et qu'ils n'avaient probablement pas été appelés.

Une fois que tout le monde a été en sécurité sur la berge, Brian Schmidt - un enseignant à l'école secondaire Woodroffe - a jugé bon de rappeler aux deux canoéistes qu'ils auraient dû porter leur gilet de sauvetage.

Schmidt dit qu'il les a pris dans ses bras. « J'ai dit:" les gars, je suis tellement content que vous soyez en sécurité. Ne refaites jamais quelque chose d'aussi stupide.'' »

Et comme il était lui-même transi de froid, il s'est dit que la meilleure façon de se réchauffer était de reprendre la session d'entraînement qu'il avait débuté avec sa femme.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine