Retour

Deux morts et un blessé dans des fusillades impliquant un policier à Ottawa

L'Unité des enquêtes spéciales (UES), qui enquête sur les incidents violents impliquant des policiers en Ontario, a identifié samedi soir un policier impliqué et deux policiers témoins relativement aux fusillades qui ont fait deux morts et un blessé, dans la nuit de vendredi à samedi dans le marché By à Ottawa.

Alors qu'un agent du Service de police d'Ottawa faisait une ronde dans les rues Dalhousie et Clarence, un homme a été victime de coups de feu au nord de la rue Clarence. Blessé, il a été transféré à l'hôpital, mais ses jours ne sont pas en danger.

Une personne suspectée par l'UES d'avoir tiré les coups de feu a pris la fuite. Poursuivie par l'agent de police, elle s'est dirigée dans un garage situé rue Murray. Plusieurs coups de feu ont été échangés dans le stationnement. L'homme est mort sur place.

Un troisième homme, âgé de 43 ans, a également été victime de coups de feu. Il a été transféré à l'hôpital, où il est mort.

Recherche de témoins

Samedi matin, des agents de l'unité ont ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de la mort des deux personnes et les causes des fusillades.

Dix enquêteurs, dont trois spécialistes de sciences judiciaires, recherchent des personnes qui auraient été témoins de la scène, des vidéos de surveillance ainsi que des indices sur les scènes de crime. Ils sont d'ores et déjà en possession de preuves.

« Ils feront des démarches auprès des commerçants des environs, pour voir s'ils n'auraient pas des preuves vidéo. On regardera aussi si les résidents du quartier n'auraient pas eux aussi des preuves vidéo », a fait savoir Jason Gennaro, le porte-parole de l'UES.

Un périmètre de sécurité, mis en place à l'intersection des rues Murray et Dalhousie, a été levé en soirée. Les commerces qui en font partie ont été fermés pour la majeure partie de la journée.

Le Service de police d'Ottawa (SPO) n'a pas voulu faire de commentaires relativement à la fusillade. Mais l'Association des policiers d'Ottawa a réagi sur le réseau social Twitter. Elle soutient ses membres qui ont été impliqués dans les incidents. Aucun policier n'a été blessé.

M. Gennaro a expliqué que pour l'instant il n'avait pas d'information à donner sur la relation entre le suspect et les victimes. Plus d'informations concernant l'identité des victimes seront divulguées ultérieurement.

Beaucoup de déflagrations

« Je n'ai rien vu, mais j'ai entendu beaucoup, beaucoup de déflagrations. Je ne saurais pas dire combien », a raconté un témoin, sous couvert d'anonymat, peu après la fusillade. « Il y a beaucoup d'échos ici. J'étais à quelques mètres d'ici. Deux personnes ont été abattues. Quand je suis arrivé, la police les réanimait. »

Certains résidents se disent habitués à ce type d'incidents dans le quartier. Parmi eux, Sylvain Lecompte, coiffeur au salon The Cutting room, au 282, rue Dalhousie, en face de l'endroit où la fusillade a eu lieu.

« Aujourd'hui sur le marché, il y a beaucoup de choses qui arrivent avec les drogues et tout ça », a-t-il expliqué, se disant peu inquiet. « Ce sont probablement des règlements de comptes. »

« Pour moi, ce sont souvent des voyous qui sont impliqués dans ce genre d'incidents. C'est malheureux qu'il y ait des morts », a dit pour sa part un résident d'Ottawa, Walter Pamic. « Mais je ne pense pas que l'individu lambda doive craindre quoi que ce soit. Je n'ai vraiment pas peur d'être dehors le soir ou le jour ».

« Je suis très triste que deux personnes soient mortes. Je suis un peu inquiète parce que c'est juste à l'extérieur de mon restaurant », a pour sa part réagi Natali Gollob, qui travaille au restaurant Atari.

« L'année dernière, en août, il y a eu une autre fusillade dans une boîte de nuit au cours de laquelle un homme a été tué », a-t-il rappelé.

Membre reconnu des « Ledbury Banff Cripps », Omar Rashid-Ghader, 33 ans, avait été abattu le 14 août 2016 en plein milieu du Sentral, une boîte de nuit située rue Dalhousie, non loin de l'intersection de la rue Clarence.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles

Commentaires