Retour

Deux personnes blessées lors de la 50e fusillade à Ottawa

Deux personnes ont été blessées par balle dans une fusillade survenue dans la nuit de vendredi à samedi, à l'angle des rues Harvey et Concord, à Ottawa.

Selon les calculs effectués par Radio-Canada, il s'agirait de la 50e fusillade à survenir dans la capitale nationale en 2017.

En 2016, ce nombre de fusillades avait été atteint le 2 octobre. L'année dernière a été une année particulièrement violente, puisqu'en tout 65 fusillades ont été enregistrées sur le territoire. Un record.

Selon le professeur de criminologie à l'Université d'Ottawa Irvin Waller, la situation continue d'être préoccupante. Il presse les autorités municipales à intervenir.

« Il faut que la Ville prenne au sérieux le diagnostic pour savoir pourquoi [ça se produit] et regarde les actions qu'elle prend actuellement pour prévenir ce type de violence », a-t-il affirmé.

Selon lui, la hausse des fusillades à Ottawa est due aux actions des gangs de rue, notamment en raison du trafic de drogue. La hausse du nombre de fusillades a aussi été constatée ailleurs au Canada, dans les grands centres urbain­s.

M. Waller suggère à la Ville d'Ottawa d'investir en amont pour prévenir d'autres crimes violents dans la capitale nationale, notamment avec des programmes pour éviter que les jeunes rejoignent les gangs de rue.

« On dépense énormément d'argent en aval, en réaction. On a besoin de la police si on n'a pas l'habitude d'investir en amont. C'est une question pour le conseil de ville, pour le maire, de décider de mettre autant d'argent en prévention que dans l'augmentation de l'effectif policier en réaction », a-t-il expliqué.

Des citoyens inquiets

Même si les policiers croient qu'il s'agit d'une attaque ciblée ne représentant aucune menace pour le public, cet incident inquiète les résidents du secteur. Ces derniers craignent que la violence commence à se tailler une place dans leur quartier, où habitent notamment de nombreuses familles.

« C'est un peu inquiétant, parce que ça semble se passer de quartier en quartier, alors ça veut dire que ça commence à rentrer dans mon quartier », a déclaré Mark Audcent.

Selon certains voisins, le logement était occupé par des visiteurs qui l'ont loué via Airbnb. Le propriétaire indique sur le site de location qu'il n'habite pas dans cette maison.

La vie des victimes n'est pas en danger. Aucun suspect n'est détenu pour le moment. L'enquête se poursuit.

Avec les informations de Dominique Degré

Plus d'articles

Commentaires