Retour

Deux pétitions exigent des « mesures immédiates et draconiennes » pour corriger le système de paye Phénix

Deux pétitions, dont l'une a recueilli près de 1500 signatures, demandent au « gouvernement du Canada de prendre des mesures immédiates et draconiennes pour s'assurer que tous les fonctionnaires fédéraux soient rémunérés conformément à leur contrat de travail et à leur convention collective ».

Un texte de Florence Ngué-No et Agnès Chapsal

Des citoyens ont trouvé une autre façon d'interpeller le gouvernement fédéral au sujet des ratés du système de paye Phénix, en lançant, non pas une, mais deux pétitions demandant aux élus d'intervenir en mettant en place des mesures radicales pour régler les nombreux problèmes. La pétition (E-1274) la plus récente a été mise en ligne le 4 octobre dernier. 

Initiée par une résidente de Colombie-Britannique, elle est parrainée par le député conservateur Mark Strahl.

La pétition qui a déjà recueilli environ 280 signatures, demande l'abolition pure et simple du système de paye Phénix et son remplacement par un système de paye qui a fait ses preuves afin de rembourser tous les fonctionnaires lésés.

Ce sont 1437 signatures qui ont été recueillies pour la seconde pétition E-1266.

Ce sont les résidents de la province du Québec qui sont les plus nombreux à l'avoir signée, soit 719 signatures, alors que la province n'abrite pas le plus grand nombre de fonctionnaires fédéraux, 29 503 contre 37 887 en Ontario, selon les données de 2016 du gouvernement du Canada.

L'Ontario recueille pour sa part 372 signatures.

Résidente du village de Haines Junction au Yukon, Sylvie Gewehr, qui a mis en ligne la pétition, précise que « le système de paye Phénix cause des difficultés indues, du stress au travail et des problèmes de santé mentale à des dizaines de milliers de fonctionnaires fédéraux. »

Ce sont 156 000 fonctionnaires qui seraient touchés par Phénix, selon Mme Gewehr.

Elle déplore aussi le fait que « les fonctionnaires ne soient pas en mesure d'examiner et de comprendre leur paye pour vérifier si elle est exacte et font face à une charge de travail accrue en raison des nombreuses heures perdues à régler des problèmes. »

Elle ajoute que « le nombre de dossiers en arriéré a dépassé les 237 000 dans les derniers mois. »

Pour le parrain de la pétition, le député libéral Larry Bagnell, la situation des fonctionnaires est déplorable.

« C'est terrible lorsque les employés travaillent et ne sont pas payés pour le travail qu'ils font ou sont payés en trop. À chaque fois, c'est une surprise pour eux et ils doivent rendre le surplus de leur paye. Beaucoup de fonctionnaires n'ont pas d'argent de côté et ils vivent de paye en paye », a commenté M. Bagnell, en entrevue téléphonique à Radio-Canada. « C'est catastrophique si la paye ne correspond pas au montant total qui est dû. »

Par ailleurs, il se dit heureux que le gouvernement ait accordé autant de ressources pour régler les ratés de Phénix, en embauchant du personnel supplémentaire et en créant un comité spécial sur le sujet.

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada parle d'employés découragés par une situation problématique qui dure, et pour le vice-président Stéphane Aubry, les pétitions tombent à point.

« En février 2018, ça va faire deux ans [qu'il y a des problèmes avec le système], cette pétition-là va arriver à un bon moment pour faire pression sur le gouvernement et demander que des moyens soient mis en place pour corriger la situation », a-t-il dit.

À ce jour, le système de paye Phénix a coûté au moins 423 millions de dollars aux contribuables. Ottawa a admis au printemps dernier ne pas être en mesure de réaliser les économies promises, jusqu'à nouvel ordre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine