Retour

Devant la CAMO pour empêcher l'installation d'une usine d'asphalte

Comme Radio-Canada l'a appris tout récemment, une quinzaine de résidents d'Alfred-Plantagenet ont décidé d'aller se battre devant la Commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO).

Au cœur de ce litige : une formation géologique particulière et l'identification d'une ressource d'agrégats minéraux dans un secteur de la Municipalité où pourrait être construite une usine d'asphalte.

Cheryl Romagna, une des opposantes au projet, connaît bien ces boisés situés au nord du village de Plantagenet.

Le paysage, dit-elle, se transforme à vue d'œil.

« On voit ici, il y a beaucoup d'endroits où la terre s'affaisse. »

Dans ce secteur où le sol d'origine calcaire est soluble au contact de l'eau, les fissures sont monnaie courante.

« Les eaux étaient sur la surface avant. Depuis la dernière année, ça s'est creusé. Et maintenant, on peut voir qu'un trou s'est ouvert. Ça va sous la roche », explique Mme Romagna.

La dissolution, jumelée à l'écoulement de l'eau, mène à la création de conduits souterrains, c'est-à-dire des formations karstiques.

Des craintes pour la nappe phréatique

Dans la Municipalité, on ne connaît pas l'étendue précise de ce phénomène géologique.

Mais les citoyens opposés au projet d'usine d'asphalte craignent que celui-ci menace la qualité de l'eau.

« L'eau qui tombe sur la roche ne peut pas être absorbée, neutralisée ou filtrée. Elle tombe carrément, presque directement dans la nappe phréatique », affirme Madeleine Lemieux.

Chose certaine, de nombreux résidents pensent que le karst est incompatible avec certains types de développement.

« Si vous mettiez un dépotoir sur du karst, ça ne serait pas non plus une bonne idée. Si vous mettiez un tas de fumier ici, ça ne serait peut-être pas une bonne idée non plus », ajoute Mme Lemieux.

Elle et Cheryl Romagna font partie des quinze résidents d'Alfred-Plantagenet qui ont décidé de se tourner vers la CAMO.

Ils contestent des éléments du nouveau Plan officiel des Comtés unis de Prescott et Russell, un document qui sert à orienter le développement du territoire.

La ressource d'agrégats minéraux identifiée sur le terrain du promoteur de l'usine d'asphalte constitue la principale pomme de discorde.

La question du « karst » en fait aussi partie.

Les deux résidentes auraient voulu que les Comtés unis frappent plus fort à ce chapitre.

« Ce que je veux, c'est que la cartographie soit bien faite pour que nous puissions faire un urbanisme plus éclairé », dit Madeleine Lemieux.

Cheryl Romagne renchérit et indique que le phénomène doit être mieux connu dans la région.

« Il y a d'autres places à Alfred-Plantagenet où cette sorte de roche karstique existe. Alors, il faut qu'on l'identifie. »

Par ailleurs, aucune date n'a encore été fixée par la CAMO pour la tenue des conférences préparatoires entre les parties impliquées.

D'après le reportage du journaliste Denis Babin

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine