Retour

Diab était au Liban lors de l'attentat de la rue Copernic, selon un groupe de défense

De nouveaux éléments prouvent que l'ex-résident d'Ottawa Hassan Diab était au Liban au moment de l'attentat de la rue Copernic survenu à Paris le 3 octobre 1980, selon un groupe qui travaille à sa défense.

Deux ans jour pour jour après l'extradition de l'ex-Ottavien en France, le Comité de soutien à Hassan Diab affirme, lundi, qu'un juge d'instruction français a trouvé des « éléments concordants » prouvant l'innocence de l'ancien professeur de sociologie de l'Université d'Ottawa et de l'Université Carleton.

Le mois dernier, ce juge d'instruction aurait affirmé que des éléments montraient que Hassan Diab était à Beyrouth à la fin de septembre et au début d'octobre 1980, remettant en cause la présence de ce dernier en France pendant l'attentat. Le juge a donc ordonné sa libération, mais le procureur s'y est opposé, selon le groupe. La Cour d'appel a alors annulé les ordonnances du juge en maintenant l'incarcération, selon le Comité de soutien à Hassan Diab.

En mai dernier, le juge d'instruction et le juge des libertés et de la détention avaient ordonné la libération sous caution de Diab. Il a été libéré pendant dix jours, avant que l'ordonnance ne soit révoquée par la Cour d'appel, précise le Comité de soutien pour Hassan Diab.

Hassan Diab a été arrêté au Canada en novembre 2008, à la demande des autorités françaises. Il a toujours clamé son innocence dans cette affaire.

Plus d'articles