Retour

Difficile d’étudier en génie électrique en français à l’Université d’Ottawa

Des étudiants en génie électrique à l'Université d'Ottawa se plaignent de ne pas pouvoir terminer leurs études en français, tel que promis par l'institution.

L’établissement indique que les étudiants peuvent étudier en anglais ou en français dans plus de 378 programmes.

Or, la réalité est différente en génie électrique, surtout en troisième et en quatrième année, alors que les cours ne sont pas toujours disponibles dans la langue choisie par les étudiants.

« Les cours sont plus durs à suivre, maintenant, parce qu’ils sont en anglais. On doit fournir deux fois plus d’efforts, d’abord comprendre et ensuite transcrire en termes techniques », affirme Hamid Fagbmei, un étudiant du programme de génie électrique.

Le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) déplore la façon dont l’Université présente ses programmes au Canada et à l’étranger, puisque des étudiants internationaux de 150 pays viennent y étudier chaque année.

« Le recrutement est trompeur. Les recruteurs vont vendre en français des programmes qui n’existent pas ou qui sont incomplets », avance Yacouba Condé, vice-président du RÉFO.

Selon le site web de l’Université d’Ottawa, les cours sont disponibles dans les deux langues officielles, mais « les cours en français ne sont pas toujours offerts toutes les sessions. Les cours ayant moins de dix inscriptions seront annulés ».

« C’est vraiment une situation que nous vivons de manière désagréable », explique Tony Pessa, étudiant en quatrième année en génie électrique et en technologie information.

L’Université aurait évoqué le coût élevé de ces cours offerts en français pour expliquer la situation aux étudiants.

« Ils ont dit que c’est un problème de budget, mais c’est injuste pour nous », réplique Alain Abu-Zaied, un autre étudiant du programme. « Ça peut être réglé, tu peux faire un budget pour des professeurs en français. »

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) réclame un financement accru de la province pour les universités bilingues.

« Ce qu’on voit dans ça, c’est un financement qui est gelé depuis plusieurs années. Petit à petit, il y a du pouvoir d’achat qui se perd, même si on augmente les frais d’inscription », mentionne Carol Jolin, le président de l’organisme.

Dans une déclaration écrite envoyée à Radio-Canada, l’Université d’Ottawa rappelle avoir soumis une demande au gouvernement ontarien afin de bonifier l’offre des programmes en français en sciences ou en génie.

L’institution espère corriger la situation dès septembre 2019, si l’appui gouvernemental se précise.

D’après les informations de Gilles Taillon

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité