Retour

Difficile de créer des athlètes olympiques en natation à Ottawa, dit un entraîneur

Les succès de la nageuse torontoise Penny Oleksiak aux Jeux olympiques de Rio 2016 font rêver le milieu de la natation d'Ottawa. Mais le manque de piscines olympiques dans la capitale est perçu comme un frein majeur au développement local de la natation.

La région d'Ottawa compte 23 piscines intérieures, dont seulement trois de niveau olympique de 50 mètres.

Les nageurs qui veulent s'entraîner dans un bassin de niveau olympique doivent aller au Sportsplex de Nepean, à l'Université d'Ottawa ou à l'Université Carleton.

C'est pourquoi de nombreux nageurs doivent s'exiler pour pratiquer leur sport, selon le président du club GO Kingfish, Kevin Jones. Il explique que, chaque année, il voit de nombreux athlètes se diriger vers l'université.

Mais la situation pourrait être appelée à changer. Le milieu de la natation retient son souffle, alors que la Ville d'Ottawa a posé sa candidature pour organiser les Jeux du Canada en 2021.

Kevin Jones espère que cela sera « une première étape pour développer notre sport et développer les installations à Ottawa », dit-il.

Mais pour cela, la Ville devrait injecter des milliers de dollars pour construire une nouvelle piscine olympique de 50 mètres.

Si la Ville est choisie pour organiser les Jeux du Canada en 2021, le conseiller Mathieu Fleury évoque plutôt l'idée d'améliorer les installations existantes. Il souligne que c'est la stratégie qu'ont adoptée des villes comme Toronto, Montréal et Pointe-Claire.

En attendant, faute de place à Ottawa, les nageurs de compétition doivent s'entraîner au Centre sportif de Gatineau, qui est doté d'une piscine olympique ultramoderne.

D'après un reportage de Gilles Taillon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine