Retour

Dossier de l'aréna Guertin : la glace est mince

Le dossier du Centre Guertin et de la construction d'un nouvel amphithéâtre pour les Olympiques de Gatineau continue d'aller de rebondissement en rebondissement. La Ville pourrait être forcée de demander l'adoption d'un projet de loi privé à l'Assemblée nationale, afin de lui permettre d'aller de l'avant et de ficeler une éventuelle entente avec l'un des deux groupes intéressés à mettre fin à cette tragédie grecque.

Pour la première fois depuis le début de ce mandat, j'ai vu Maxime Pedneaud-Jobin sortir de ses gonds. L'article de Mathieu Bélanger du quotidien LeDroit l'a piqué.

Le maire communicateur, habitué de bien contrôler le message, habile dans ses réponses, a levé le ton. Son visage s'est crispé, son regard s'est intensifié et sa voix s'est tendue à un certain moment dans la mêlée de presse.

Le maire Pedneaud-Jobin a qualifié de « fausseté » le fait que la Ville aurait « loupé » l'échéancier pour déposer un projet de loi privé à l'Assemblée nationale, une option envisagée pour éviter l'impasse.

« Louper », c'est le terme utilisé par la source du collègue Bélanger pour expliquer que Gatineau n'a pas réussi à déposer le projet de loi ce printemps.

La réaction du maire laisse transparaître autre chose

Le dossier Guertin est si complexe que le moindre soubresaut pourrait faire tomber le château de cartes.

La preuve? Quelques jours après la possibilité d'un recours à un projet de loi privé, le gouverneur des Olympiques, Norm MacMillan, demande une mise à jour dans un délai rapide et veut une « preuve d'amour » de la part de la Ville.

De son côté, le président de l'équipe, Alain Sear, s'inquiète. Le maire dit qu'on ne perdra pas les Olympiques - visiblement, c'est hautement inflammable.

Ce n'est pas pour rien que toutes les parties ont la langue de bois depuis des mois.

L'option du projet de loi privée, le maire le sait depuis un mois. S'il a jugé bon de ne pas en parler, c'est qu'il sait très bien que d'y avoir recours, c'est l'équivalent du « Hail Mary » au football, cette longue passe dans la zone des buts, avec l'espoir que quelqu'un attrape le ballon.

Cette option comporte son lot de risque et de possibilités d'échecs, puisque le sort du projet serait entre les mains des parlementaires à Québec.

Un potentiel dossier électoral sous haute surveillance

À 18 mois de la prochaine élection, Maxime Pedneaud-Jobin est aussi très conscient que l'échec du projet pourrait donner de grosses munitions à ses adversaires. Après plus d'une décennie d'attente, les citoyens pourraient avoir la gâchette facile.

Quand je vous dis que le dossier est complexe : les débats seront nombreux à la table du conseil au cours des prochains mois... En plus de décider du partenaire, les élus auront aussi à déterminer où ils veulent construire l'aréna. Ça semble banal, mais attendez-vous à des débats musclés.

Depuis le début du mandat, Maxime Pedneaud-Jobin répète que le dossier Guertin est compliqué et il le sera jusqu'à la toute dernière brique.

Le maire est conscient que la glace sur laquelle il marche est très mince et il n'en faudrait pas beaucoup pour qu'elle cède. C'est aussi pour ça qu'il s'est fâché.

Le comité exécutif fera des recommandations au conseil municipal la semaine prochaine. On devrait en savoir un peu plus sur la suite des choses - si bien sûr ce n'est pas à huis clos, ce dont je doute.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine