Retour

DOSSIER - Ottawa cool : La capitale canadienne fait-elle rêver?

Lorsqu'on choisit une ville comme destination touristique, bien souvent « l'aura » de la cité nous a d'abord séduits... Les commentaires de proches ou ceux lus sur Internet, des photographies et reportages nous ont charmés et donné envie de s'y rendre. Paris, New York, Copenhague pour certains... Bangkok, Cape Town, Rio de Janeiro pour d'autres... Les villes « branchées » se démarquent autant par leur qualité de vie, que leur patrimoine, leur scène culinaire innovatrice et leur vie nocturne endiablée. Ottawa offre-t-elle tout cela?

Un texte d'Emmanuelle de Mer, avec la collaboration de Jean-François Chevrier

Le lieu touristique le plus visité à Ottawa demeure le marché By, en plein coeur de la ville, suivi du Parlement. Si les étals des marchands et les vendeurs de souvenirs attirent encore les touristes, d'autres évitent le secteur, estimant que l'endroit manque de personnalité.

Pour la directrice artistique du Théâtre français du Centre national des arts (CNA), Brigitte Haentjens, le marché By - au demeurant « formidable » - s'est américanisé.

« Le marché [By], c'est devenu horrible, c'est d'une laideur sans nom! », lance-t-elle. « Autrefois, il y avait un côté vieillot, vétuste, parfois un peu bancal. Il y avait une beauté à ça. »

Elle déplore que le charme d'Ottawa soit disparu avec la mise de côté de la population moins nantie, citant l'augmentation du prix des copropriétés et la présence de magasins plus luxueux. Elle reconnaît cependant qu'Ottawa « n'est pas la seule ville qui souffre de laideur ».

Prenez le temps de flâner à Ottawa, en délaissant le centre-ville. Jean-François Chevrier vous propose de découvrir trois secteurs méconnus, en pleine ébullition.

Des quartiers à (re)découvrir

En fondant l'entreprise Ottawa Free Tour en 2015, Andre Laflamme voulait justement faire connaître autrement le marché By et les alentours, en misant sur sa richesse historique. Il y a donc conçu des tours guidés, auxquels participent beaucoup de touristes, mais également des résidents.

Son prochain projet est d'offrir une visite du quartier Hintonburg, un des plus anciens de la ville et qui attire de plus en plus l'attention.

M. Laflamme souligne la diversité des commerces de Hintonburg, des galeries d'art aux boulangeries artisanales, mêlant l'ancien et le nouveau. « Il y a ce mélange vraiment cool de vieux bars, d'institutions avec des restos qui viennent d'ouvrir », illustre-t-il. « D'anciens immeubles manufacturiers sont devenus des espaces de création et de production télévisuelle. »

Son flair lui souffle que les prochains quartiers cool d'Ottawa seront la Petite-Italie et le Quartier chinois. « Les loyers sont plus accessibles » que dans certains secteurs, souligne-t-il. C'est déjà le cas à Hintonburg, où on assiste à un embourgeoisement, poussant le prix des logements à la hausse.

Autre solution pour revitaliser les quartiers? « Mettre de la beauté! », lance spontanément Brigitte Haentjens.

Encore faut-il qu'il y ait une volonté politique. « Est-ce que les gens qui nous gouvernent se promènent dans la ville, en dehors de leur quartier privilégié ? », demande-t-elle.

Elle cite notamment le quartier francophone Vanier, où elle estime qu'il y a « beaucoup à faire », particulièrement sur le chemin Montréal.

« Je ne peux pas croire qu'il n'y a pas moyen de faire quelque chose de joli, sans que ça devienne pour les branchés yuppies, en gardant quand même le côté populaire. Mais ce n'est pas parce que c'est le peuple, que ça doit être laid », tranche-t-elle.

Le producteur associé de la programmation francophone à CNA Présente, Xavier Forget, trouve quant à lui que la ville est belle, grâce notamment à l'accès à la « grande culture » et à la nature. Le défi reste maintenant de mieux faire connaître ces aspects, à l'extérieur d'Ottawa.

Ottawa, ville de « foodies »?

À une certaine époque, les bonnes tables d'Ottawa avaient la réputation d'offrir une cuisine française assez traditionnelle. C'est à Gatineau qu'il fallait se rendre pour une expérience culinaire. Mais le vent a depuis tourné dans la capitale... même si sa scène culinaire semble un secret (trop) bien gardé.

Pour Pierre Jury, qui couvre le milieu depuis une vingtaine d'années, l'élément déclencheur a été l'ouverture, en 1995, du Baccarat au casino du Lac-Lemay - qui a « brassé les cartes ». Des restos innovateurs ont alors émergé à Ottawa, pilotés par des chefs allumés.

Le chroniqueur au quotidien LeDroit cite notamment John Taylor parmi les figures de proue. Pendant les 18 ans d'activité de son restaurant Domus - fermé en 2014 - Taylor a formé une brigade de jeunes chefs, qui ont maintenant leur propre restaurant.

Aussi, le retour du chef Stephen Beckta dans sa ville natale au début des années 2000 a mené à l'ouverture de trois restaurants reconnus à l'international (Beckta, Play et Gezellig).

Aussi, les toques d'ici sont nombreuses à se démarquer lors de concours culinaires au pays (Marc Lépine, Marysol Foucault, Jamie Stunt, ...) et de nombreux restos se classent parmi les meilleurs dans les palmarès (Beckta, L'Atelier, Soif, etc.).

Envie de découvrir des restos branchés à Ottawa? Jean-François Chevrier nous offre trois suggestions :


Pour expliquer cet engouement dans la capitale, le directeur général d'Ottawa 2017, Guy Laflamme, souligne aussi la demande provenant des travailleurs dans les hautes technologies et la formation qu'offre l'École culinaire Le cordon bleu.

De plus, « on a tous les produits frais accessibles durant la haute saison, en volume et proximité. C'est aussi un atout pour notre ville », souligne-t-il.

Guy Laflamme est convaincu que la gastronomie constitue une partie importante dans le positionnement d'une ville dynamique.

« Je pense qu'aujourd'hui per capita on peut se comparer avantageusement à Montréal, Toronto ou Vancouver », renchérit-il, même si « en terme absolu, il y a moins de restos sophistiqués. »

Pierre Jury reconnaît de son côté qu'Ottawa ne peut pas compétitionner avec Montréal ou Toronto, des villes beaucoup plus grosses. « Il y a une énergie et un dynamisme, particulièrement à Montréal », résume-t-il. Mais Ottawa jouit d'une diversité culturelle, y compris sur le plan culinaire, qu'elle devrait mettre en valeur, selon lui.

Comment expliquer alors que cette effervescence dépasse peu les frontières d'Ottawa? Le fait que les chefs soient anglophones n'aide pas à se faire connaître au Québec, croit Pierre Jury.

Mais pour changer les perceptions, il faudra avant tout du temps. « Il faut le dire haut et fort qu'il y a des choses qui se passent, il faut le vanter, que les restos se fassent connaître », plaide M. Jury.


Un « nightlife » plus diversifié qu'on pense

Ottawa, cité ennuyante? Sa triste réputation de ville tranquille, de fonctionnaires, qui ferme le soir semble lui coller à la peau... Pourtant, elle bénéficie de tout un contingent d'étudiants, avec ses nombreux campus universitaires et collégiaux.

Ces jeunes (et moins jeunes) veulent s'amuser et y parviennent!

Où sortent-ils? Que font-ils? Jean-François Chevrier livre ses trois suggestions de bars à découvrir :

Plus d'articles

Commentaires