Ottawa est-elle une ville où on peut avoir du « fun »? Dans l'échelle de la « coolitude », où se situe notre capitale par rapport à d'autres grandes villes canadiennes? Les réponses obtenues par l'équipe d'Ottawa-Gatineau à cette question ne sont pas simples! Attention : des propos contenus dans ce texte pourraient choquer certains de nos lecteurs... Premier volet d'une série de quatre articles.

Un texte de Angie Bonenfant

Même si la revue Moneysense a choisi Ottawa comme meilleur endroit où vivre, en 2016, notre capitale traîne toujours la mauvaise réputation d'être une ville ennuyeuse.

Austère, morose, sobre, les qualificatifs utilisés par la sociologue Diane Pacom pour décrire la ville où elle réside depuis 30 ans ne sont pas des plus joyeux.

« Par définition, les capitales ne sont pas cool », rappelle-t-elle. « Une capitale dans nos mondes modernes, c'est une ville de bureaucrates où on va pour régler des affaires ou rechercher une solution. »

OTTAWA : AGRÉABLE, MAIS PAS COOL

La revue MoneySense place Ottawa au sommet de son palmarès des meilleures villes canadiennes pour sa qualité de vie, en 2016. Ottawa devance Burlington (2e) et Kingston (3e).

Les capitales ne recherchent pas l'exubérance, explique Mme Pacom. Au contraire, elles veulent se donner une image sérieuse de gouvernance et de pôles.

« Ottawa n'est pas une ville qui se distingue par le caractère plus créateur, plus osé des autres villes », souligne-t-elle.

Ottawa n'est pas une ville cool, mais cela ne veut pas dire qu'elle est une ville plate, soutient de son côté Anne-Marie Leclair de l'agence de publicité LG2, à Montréal. Notre capitale, dit-elle, a juste un léger problème de « branding ».

Les mots le plus souvent associés à Ottawa, selon elle, sont « fonctionnaires », « parlement », « canal Rideau » et « tulipes ».

« Si les résidents d'Ottawa avaient voulu faire le party tous les soirs, ils n'auraient probablement pas emménagé à Ottawa! », résume-t-elle.

LES 3 VILLES LES PLUS COOL AU MONDE

Glissez votre curseur sur les images pour découvrir le top 3 d'Anne-Marie Leclair, de l'agence LG2 :

Le « cool index »

Disons qu'il faut une certaine dose d'humilité pour encaisser les commentaires émis plus haut.

Pour son 150e, Ottawa organise la plus grosse fête de son histoire. Doit-on s'inquiéter? Ottawa connaît-elle assez bien le concept du mot « fun » pour mettre sur pied une fête réussie?

Tout d'abord, Ottawa devrait davantage miser sur ses éléments festifs et laisser tomber son côté plus patrimonial et historique, suggère Pascal Routhier de la firme Cossette, à Montréal.

L'arrivée du Red Bull Crashed Ice pour le 150e anniversaire de la Confédération est déjà un pas dans la bonne direction, selon lui.

Passez votre curseur sur les icônes pour une brève description :

Une ville cool, selon Anne-Marie Leclerc, a un fort pouvoir d'attraction auprès des jeunes. Cette ville doit avoir tout ce qu'il leur faut pour faire la fête et s'amuser (festivals, concerts, animation culturelle, etc.).

« C'est également une ville qui a de petits bijoux, des immanquables, des choses à voir absolument quand on se déplace pour la visiter », soutient-elle.

La tour Eiffel à Paris, la grande roue Eye de Londres et Central Park à New York, en sont de parfaits exemples.

C'est aussi une ville qui a une scène underground vivante, capable de présenter des choses qui sortent des sentiers battus, ce qui est marginal et dans la contre-culture, selon Diane Pacom.

« Il y a un quelque chose qui fait que l'on visite Rome ou Paris, pas seulement pour faire des affaires », soutient-elle. « C'est dans ça qu'Ottawa doit changer un peu, devenir moins guindé, moins austère. »

Ottawa et préjugés

Nous avons demandé à des résidents de Toronto, de Vancouver et de Montréal de nous livrer leur opinion sur Ottawa. Écoutez leurs réponses :

Les gens entretiennent beaucoup d'idées préconçues envers Ottawa. Et le défi des autorités municipales, à la veille du 150e anniversaire de la Confédération, sera de mettre fin à ces stéréotypes.

« Ottawa a d'excellentes qualités que les autres villes n'ont pas et que l'on sous-estime, parce que ça ne rentre pas dans le créneau du cool », avance Anne-Marie Leclair « Mais, c'est correct aussi qu'une ville ne soit pas cool! »

« Ottawa, c'est une ville qui a un parfait équilibre travail et famille. [...] Je regarde le nombre de musées de qualité qu'il y a dans cette ville-là, par rapport à sa taille, c'est incroyable! En termes de festivals, c'est aussi intéressant. Par rapport à la taille, je pense qu'Ottawa est drôlement dynamique », ajoute-t-elle.

Le danger, selon Mme Leclair, c'est de comparer Ottawa à une autre ville comme New York, Madrid ou Sydney.

10 CHOSES COOL À PROPOS D'OTTAWA

Lentement, mais sûrement...

« Ces dernières années, on sent qu'il y a quelque chose qui est en train de percoler, il y un vent de changement. Il y a des restaurants intéressants qui se sont installés, il y a des lounges, c'est un peu plus haut de gamme. Le centre Rideau est rénové, l'Hôtel Germain s'est installé au centre-ville ... », énumère Mme Leclair.

« Lorsque des marques fortes s'installent chez vous, ça envoie un signal de santé et de changement! Ça veut dire quelque chose », note-t-elle.

C'est vrai, reconnaît Diane Pacom : « On sent qu'Ottawa veut mettre plus en relief cet aspect, mais on ne peut pas forcer les choses. C'est encore une ville où une image très claire, très sobre, très austère se dégage des édifices. »

« On verra, si ces changements [associés au 150e] vont rester, parce que c'est peut-être juste une petite parenthèse, qui va rester le temps d'une chanson. Ça peut s'envoler le temps de le dire, un peu comme le phénomène des Jeux olympiques : c'est bien hot, mais quand c'est passé, on retrouve nos vieilles habitudes », conclut-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine