Retour

Douche froide pour Trevor Harris à son 31e anniversaire

La séance d'entraînement du Rouge et Noir d'Ottawa s'est terminée par une douche glacée pour Trevor Harris. Les coéquipiers du quart-arrière numéro un ont ainsi célébré son 31e anniversaire, rien pour impressionner le principal intéressé.

Un texte de Kim Vallière

« Je ne célèbre plus vraiment mes anniversaires depuis que j'ai 18 ans. J'étais toujours loin de ma famille, au collège ou au camp de football », affirme Harris, qui préfère ne pas attirer l'attention lorsqu'il vieillit d'un an.

La défense du Rouge et Noir ne lui a pas fait de cadeau à la fin de la quatrième journée du camp. Lors d'une simulation de jeu, Javier Arenas a réalisé une interception à ses dépens, au grand plaisir des autres demis défensifs, qui l'ont accompagné jusque dans la zone des buts.

« Nous avons subi quelques revirements, c'est sûr que c'est frustrant de terminer l'entraînement de cette façon », a mentionné le fêté, en ajoutant qu'il a l'impression qu'il commence à trouver ses repères avec ses receveurs. « C'est toujours un processus un peu plus long pour l'attaque que pour la défense pour trouver son synchronisme. Nous allons revenir en force demain. »

Une prédiction pour la nouvelle saison

Harris peut compter sur des cibles familières, avec le retour des receveurs Brad Sinopoli, Greg Ellingson et Juron Criner. Il doit toutefois se familiariser avec les nouveaux venus Diontae Spencer et Kenny Shaw, qui a quitté l'entraînement mercredi visiblement blessé à une jambe.

« Nous apprenons à connaître leurs forces et leurs faiblesses pour nous assurer que nous ne les plaçons pas dans des positions qui ne permettent pas d'exploiter leurs attributs », explique le quart-arrière, qui n'hésite pas, après moins d'une semaine d'entraînement à faire une promesse. « Nous allons faire partie des deux meilleures attaques du circuit cette année, je le promets. »

La bataille à trois pour le poste de porteur de ballon est un signe encourageant pour le Rouge et Noir, touché lourdement à cette position en 2016. William Powell, Mossis Madu et Shakir Bell tentent tous de se démarquer et d'attirer l'attention.

« Je ne voudrais pas être dans la position des entraîneurs et devoir prendre cette décision. Ils jouent tous très bien et amènent quelque chose de différent », raconte Harris au sujet de ses coéquipiers, qui ont tous de l'expérience dans la Ligue canadienne de football (LCF).

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine