Cuba a la réputation d'être une île qui vibre au rythme du baseball. Deux grandes vedettes du sport national de ce pays débarquent à Ottawa pour se joindre aux Champions, pour le reste de la saison.

Un texte de Kim Vallière

Alexander Malleta et Donal Duarte avaient l'habitude d'être des rivaux dans la Serie Nacional, la ligue professionnelle de baseball cubaine. Maletta s'alignait avec les Industriales de La Havane, tandis que Duarte portait l'uniforme des Vegueros de Pinar del Rio, deux des meilleures formations du circuit.

Ils assurent qu'ils sont de grands amis, eux qui ont porté l'uniforme de l'équipe nationale à de nombreuses reprises. Malleta a d'ailleurs été le capitaine de cette formation, lui qui est un pilier du baseball cubain depuis 17 ans.

« Ç'a été un très bonne expérience de jouer pour l'équipe cubaine (qui a gagné le bronze aux Jeux Pan-Am en 2015). Nous avons l'habitude de défendre l'uniforme que nous portons, maintenant c'est celui d'Ottawa », explique Malleta.

Le joueur de premier but de 39 ans a maintenu une moyenne de .295 avec 197 coups de circuit et 918 points produits au cours de sa carrière dans la Serie Nacional de Cuba.

Duarte, un joueur de troisième but de 33 ans, a affiché une moyenne au bâton de .290 avec cinq circuits et 28 points produits en 78 parties l'a dernier.

Ils ne peuvent pas intégrer dans la formation des Champions dès maintenant, puisqu'ils n'ont pas encore obtenu leur visa pour les États-Unis.

Les Champions espèrent que les délais bureaucratiques ne durent pas plus que deux ou trois jours.

« Plus vite nous allons pouvoir les intégrer dans la formation, mieux ce sera pour nous. Ce sont deux joueurs de qualité et qui possèdent beaucoup d'expérience. Ils seront des partants dès qu'ils auront leur visa », indique Hal Lanier, le gérant de l'équipe.

Jouer à Ottawa, une récompense pour les Cubains

Les Champions ne représentent pas la seule équipe de la Ligue Can-Am qui peut compter sur des Cubains cette saison. Les Capitales de Québec en ont trois.

Le pays communiste commence à laisser ses joueurs de baseball professionnel exporter leur talent. Des joueurs cubains font partie des Capitales depuis déjà deux ans.

« La fédération et le gouvernement se sentaient confortables de tenter l'expérience à Ottawa, puisque l'ambassade se trouve ici », affirme Miles Wolff, le propriétaire des Champions. « C'est un test, en quelque sorte, pour Cuba, question de voir comment ça pourrait fonctionner pour eux aux États-Unis notamment, lorsque l'embargo sera levé », mentionne-t-il.

La venue de Malleta et Duarte à Ottawa n'a pas été simple pour autant.

Les Champions n'ont pas recruté ces joueurs, ils ont plutôt été proposés par la Fédération cubaine de baseball. Ottawa n'a indiqué qu'une préférence pour des joueurs de premier et troisième but. Une récompense en quelque sorte, pour les deux joueurs qui totalisent ensemble cinq championnats cubains.

« C'est un honneur d'avoir été choisi », avance Duarte. « Nous voulons venir ici pour gagner beaucoup de parties et aider l'équipe. »

Est-ce que les deux hommes pensent qu'ils auraient eu une chance de jouer dans le baseball majeur, si la situation politique avait été différente?

« C'est certain que c'est le rêve de tous les joueurs. Nous aurions fait tout en notre pouvoir pour atteindre cet objectif », affirme Melleta, diplomate.

Son compatriote a préféré ne pas répondre à cette question encore délicate, déclinant d'un geste de la main avec un sourire en coin. Visiblement, il reste du travail à faire pour le baseball cubain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine