Retour

Duron Carter au coeur de l’action pour la demi-finale de l’Est de la LCF

La rivalité entre le Rouge et Noir d'Ottawa et les Roughriders de la Saskatchewan s'est construite avec deux matchs serrés cette saison. Elle s'est poursuivie à la veille de la demi-finale de l'Est de la Ligue canadienne de football (LCF), avec des plaisanteries échangées entre les joueurs des deux clubs.

Texte de Kim Vallière

Les amateurs de la LCF connaissent le personnage de Duron Carter. Un joueur spectaculaire sur le terrain, qui est aussi reconnu pour son franc-parler et ses écarts de conduite par moments.

Le receveur, qui a joué quelques matchs au poste de demi défensif en fin de saison régulière, est maître dans l’art du « trash talk », ces commentaires et insultes formulés sur le terrain pour déconcentrer l'adversaire.

« Ça fait partie de son jeu. Tant qu’il ne pousse pas notre entraîneur, ça va demeurer respectueux », a mentionné en riant Antoine Pruneau.

Le maraudeur faisait référence à un incident survenu en juillet 2016, alors que Carter portait l’uniforme des Alouettes de Montréal. Le receveur avait été plaqué solidement dans la zone des buts après avoir capté une passe de touché.

En se relevant, il avait couru le long des lignes de côté du Rouge et Noir d’Ottawa et avait accroché l’entraîneur-chef du club, qui est tombé à la renverse. Carter avait été suspendu pour une rencontre après les faits.

L’Américain de 26 ans n’a pas attendu avant de réagir aux propos de Pruneau sur Twitter. Selon lui, ses statistiques parlent d’elles-mêmes. En deux matchs contre le Rouge et Noir en 2017, il a réussi 16 attrapés pour 320 verges.

Lorsque questionné sur le sujet en conférence de presse, le receveur s’est esclaffé. « Ce n’est qu’une saine compétition. Je veux le meilleur de mon équipe et de la leur. Je veux aider mon équipe à gagner et pour ça, je dois connaître un gros match », a ajouté Carter.

Un match où tout peut arriver

Le Rouge et Noir et les Riders ont testé la capacité cardiaque de leurs partisans lors de leurs deux affrontements cette saison.

Le premier a été remporté 18-17 par la Saskatchewan, alors qu’Ottawa menait pourtant 17-0 au troisième quart. Deux semaines plus tard, le Rouge et Noir a marqué un touché dans les dernières secondes du match pour se sauver avec une victoire de 33-32.

Le quart-arrière d’Ottawa Trevor Harris n’a pas disputé le premier duel, blessé à l’épaule. Le vétéran de 31 ans disputera son premier match éliminatoire dimanche.

Pour les représentants du Vert et Blanc, Kevin Glenn amorcera son 11e match éliminatoire en 17 saisons. Le quart-arrière canadien Brandon Bridge est venu en renfort à de nombreuses reprises lorsque Glenn connaissait des difficultés, mais jamais contre le Rouge et Noir.

« On les connaît, il faut s’ajuster un peu. Ça ne change pas tout, mais il faut apporter quelques nuances », a mentionné l’ailier défensif Arnaud Gascon-Nadon. « Bridge, c’est un quart-arrière mobile et qui a un bon bras, mais il a ses forces et ses faiblesses. »

Les joueurs d’Ottawa espèrent que leur expérience des deux dernières années en éliminatoires, avec leurs présences consécutives au match de la Coupe Grey, puisse leur permettre dimanche après-midi d’obtenir leur laissez-passer pour la finale de l’Est de la LCF.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine