Retour

Élection fédérale : pourquoi les Québécois ne s'affichent pas publiquement?

Promenez-vous dans les quartiers d'Ottawa et vous constaterez que les Ottaviens n'ont aucune réserve au sujet de leur couleur politique. On ne peut pas dire la même chose de l'autre côté de la rivière des Outaouais.

Un texte de Marie-Lou St-Onge

En effet, les affiches de candidats trouvent rapidement preneurs. Les électeurs plantent les pancartes électorales sur leur propriété, et ce, même si les voisins sont d'une autre allégeance politique.

Cette transparence politique est aussi observable aux États-Unis, où les partisans démocrates et républicains n'hésitent pas à s'identifier ouvertement à leur parti. Souvent, l'allégeance politique transcende les générations.

Mais au Québec, rares sont ceux qui autorisent un candidat à utiliser leur terrain à des fins partisanes.

Doit-on comprendre que la politique est un sujet tabou au Québec? Absolument pas, selon Jean-François Simard, docteur en sociologie et professeur-chercheur, au Département des sciences sociales de l'Université du Québec en Outaouais (UQO).

Selon lui, le fait que l'électorat québécois ne soit plus aussi fidèle qu'il l'a déjà été peut en partie expliquer cette réserve.

Mais si cette pratique est répandue aux États-Unis et dans le Canada anglais, est-ce que le Québec sera aussi emporté par cet engouement? Probablement, répond M. Simard, parce que « c'est dans notre ADN collectif », estime-t-il.

Plus d'articles

Commentaires