Retour

Elle apprend que son présumé agresseur a finalement été arrêté en retournant au pays

Un homme de 27 ans devra faire face à des accusations d'agression sexuelle et d'avoir vaincu à la résistance par étouffement, dans le dossier de Mélodie Morin, jeune étudiante qui était outrée par l'attitude du Service de police d'Ottawa (SPO).

L'ancienne étudiante de l'Université d'Ottawa avait appris que des accusations avaient été déposées par la police contre son agresseur présumé, mais ce dernier était retourné au Liban, son pays d'origine.

Ayham Aloulabi a toutefois été arrêté à l'aéroport d'Ottawa lorsqu'il a tenté de rentrer à nouveau au pays, mercredi.

L'accusé a été libéré sur promesse de comparaître. Il devra revenir en cour le 22 août prochain.

Sur Facebook, la victime présumée a tenu à réagir.

« Si nous continuons tous à nous battre ensemble, nous pourrons peut-être un jour voir la justice apparaître dans la plupart des cas comme le mien », conclut Mélodie Morin.

Des faits troublants

La victime présumée soutient que son agresseur l'a attaquée lors d'une fête qui se déroulait au domicile de ce dernier. Les faits se seraient déroulés dans la chambre de l'homme, au petit matin.

Mélodie Morin affirme qu'elle a été violée et étouffée, puis que son agresseur lui a craché dessus.

Elle a déposé une plainte le jour même, puis elle a subi une évaluation avec une trousse médico-légale et ses blessures ont été documentées.

L'homme a cependant soutenu qu'il pensait que la relation sexuelle était consensuelle et le dossier a été clos.

À la suite de la médiatisation de l'affaire, la police d'Ottawa a rouvert l'enquête, arguant du fait que les premières conclusions avaient peut-être été « prématurées ».

L'enquêteuse qui s'occupait de l'affaire a été transférée au sein d'un autre département et le cas de Mélodie Morin a été l'un de ses derniers.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine