Retour

Volta à la conquête des milléniaux d'Ottawa et de Gatineau

De passage à Gatineau jusqu'au 27 août, la dernière création du Cirque du Soleil, le spectacle Volta, vise à rejoindre un public plus jeune. Plusieurs nouveautés au menu, mais seront-elles suffisantes pour attirer la génération du millénaire?

Un texte de Christelle D'Amours

Le 41e spectacle du Cirque du Soleil accueillera ses premiers spectateurs dès jeudi sur le site Zibi, dans le secteur de Hull.

Un vent de fraîcheur souffle alors que plusieurs éléments du spectacle ont le potentiel de rajeunir le public du Cirque du Soleil. « Notre public est plus âgé maintenant. On n’a pas un public de 20 à 35 ans », avance Michael Smith, directeur artistique du spectacle. « Mais, c’était clair pendant la ''run'' à Montréal que ce genre de public jeune appréciait beaucoup Volta. Ça a été fait expressément pour ça », précise-t-il.

Des nouveautés pour accrocher les jeunes

Michael Smith a travaillé sur huit spectacles du Cirque du Soleil. Il précise que le « squelette acrobatique », les numéros qui composent le spectacle de la nouvelle production, est très différent de ce qu’ils ont l’habitude de présenter.

Les choix de numéros ont été orientés par ce qu’il qualifie de sports d’action inspirés de la vie urbaine. « L’idée originale du spectacle c’était ça. Une expression de sports urbains, d’une nouvelle génération, d’une génération jeune qui veut s’exprimer dans une façon différente », dit-il.

Un niveau de difficulté augmenté

« Normalement, on voit des ''action sports'' sur YouTube », explique M. Smith. Il affirme qu’il s’agit là d’une difficulté supplémentaire pour l’équipe de Volta puisque ces disciplines qui se pratiquent habituellement à l’extérieur doivent être transposées dans un environnement aussi contrôlé qu’une scène.

Elles doivent aussi être adaptées pour bien s’intégrer à un spectacle orchestré alors qu’à l’origine, ce sont des disciplines de création libre.

Les spectateurs peuvent s’attendre à voir des acrobaties sur des échafauds, sur une lampe et sur des rampes transparentes qui donnent l’impression que les vélos foncent à toute vitesse sur l’auditoire.

Le directeur artistique mentionne aussi que « visuellement, le spectacle est différent. Le décor, la musique, les costumes sont [conçus] par des gens qui n’ont pas travaillé avant avec le Cirque ». Entre autres, il suggère que la musique de type électronique du groupe français M83 rejoindra les jeunes.

Est-ce suffisant pour ouvrir leur portefeuille ?

Malgré tous les efforts pour offrir un nouveau souffle et rajeunir l’image du Cirque du Soleil, une question d’accessibilité se pose relativement aux prix des billets.

La porte-parole de Volta, Amélie Robitaille, soutient que « les jeunes qui vont voir les Ed Sheeran de nos jours, les Justin Bieber, les vedettes qu’ils aiment, vont dans des gammes de prix beaucoup plus élevés que ce qu’on peut offrir, nous, au Cirque ».

Elle ajoute qu’elle « pense que c’est faux de croire que les jeunes n’ont pas l’argent pour se payer des billets d’un artiste qu’ils aiment voir en spectacle, que ce soit le Cirque ou que ce soit un chanteur ou une chanteuse ».

« [Le Cirque du Soleil] essaie quand même d’offrir des offres promotionnelles qui sont intéressantes pour les familles, pour les jeunes, mais malheureusement on ne peut pas diminuer beaucoup plus que ça la valeur des prix des billets parce que le spectacle vaut ça », affirme l’attachée de presse.

Les billets affichés à partir de 39 $ par personne sur le site web de la production se sont envolés dans les premiers jours de la mise en vente en novembre 2016. Les Gatinois qui souhaitent voir le spectacle devront donc se procurer des billets à prix régulier, qui varient entre 50 $ et 96 $ par personne.

Elle mentionne toutefois que des tarifs spéciaux sont accessibles pour les étudiants, les aînés et les familles au moment de l'achat des billets.

Une histoire de liberté pour tous les publics

Outre l’orientation du spectacle vers les jeunes, Michael Smith croit que tous les publics pourront s’approprier Volta, puisque l’histoire en est une d’acceptation et de réalisation de soi. Pour lui, Volta en un mot, c’est la liberté.

Le scénario met en scène Waz, le personnage principal, qui apprend à vivre avec sa différence pour se réaliser comme individu à part entière. Pour y arriver, il doit faire face à sa personne en tant que« tout », ce qui signfie d'accepter que chaque individu puisse être séduit par la routine et par le superficiel.

M. Smith affirme que tout le monde peut se reconnaître dans l’histoire de Waz et en tirer quelque chose.

« C’est pour ouvrir un peu l’imagination », dit-il. « Chacun de nous a une liberté, mais on a besoin de beaucoup de courage pour trouver ça, pour suivre ce chemin, parce que chacun a un chemin différent. [Il faut] célébrer les différences », conclut Michael Smith.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine