Retour

Émissions de GES : la Ville d'Ottawa se dote de cibles ambitieuses

Le Comité de l'environnement de la Ville d'Ottawa a adopté, mardi après-midi, une motion pour réduire de 80 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la capitale nationale. C'est la cible que poursuivent également l'Ontario et le Québec.

La motion, qui a été présentée par le président du Comité de l'environnement et conseiller municipal David Chernushenko, comporte plusieurs aspects.

Tout d'abord, elle fixe un objectif ambitieux de 80 % de réduction des gaz à effet de serre. Ce chiffre devra être atteint d'ici 2050, en se basant sur les émissions de 2012.

Environ 40 % des GES produits dans la capitale nationale proviennent du transport. Le chauffage et la climatisation représentent aussi 40 % de ces émissions.

Si le train léger donnera un sérieux coup de pouce à la réduction des GES provenant du transport, la diminution des coûts de chauffage et de climatisation risque d'être plus complexe.

Le plan prévoit aussi l'introduction de nouvelles règles encadrant la construction d'édifices, mais aussi d'incitatifs pour rendre les résidences moins énergivores, par exemple avec des panneaux solaires.

M. Chernushenko est conscient qu'en raison des coûts importants associés à de telles mesures, il ne sera pas évident de les mettre en place.

Il croit cependant que le moment est bien choisi politiquement, sachant que les gouvernements provinciaux et fédéraux se disent engagés dans la lutte contre les changements climatiques.

La ministre fédérale de l'Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, a fait savoir par une déclaration écrite qu'elle appuyait totalement la démarche de la Ville d'Ottawa.

Avec les informations du journaliste Stéphane Leclerc

Plus d'articles